NUAGE VERT SUR FRANCE 3

 
 
Dans le 19/20 du mercredi 20 mars 2019, reportage long sur Nuage Vert et la donation de maquettes de jardins de Jacques Hennequin

 
Le lien : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/emissions/jt-local-1920-pays-correze

Tapas y tortillas – Rencontre avec Jean Iglesias pour évoquer la guerre d’Espagne

Venez faire la fête à Nuage Vert le samedi 9 février à 11h : Tapas y tortillas avec Jean Iglesias !!! Dans le cadre de l’exposition en cours « La guerre d’Espagne en bande dessinée », Jean Iglesias (Les Galets et le Kiosque de la Vallée) viendra nous parler de l’histoire de sa famille puis nous picorerons des spécialités espagnoles réalisées par tous les bénévoles (n’hésitez pas à apporter aussi quelques petites choses !).

La guerre d’Espagne en BD par le grand prix Artemisia !

Vous savez que le festival d’Angoulême a longtemps été très oublieux des femmes créatrices de bandes dessinées, pourtant très nombreuses et talentueuses. Voilà pourquoi s’est créé, sous l’impulsion de Chantal Montellier, le prix Artemisia en 2008. Nuage Vert est partenaire de ce prix. Il est décerné le 9 janvier, date anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir.

Nous vous invitons donc à venir le 9 janvier de 18h30 à 20h à Nuage Vert (Argentat-sur-Dordogne) pour connaître les lauréates 2019 et admirer les planches du grand prix 2018, Lorena Canottiere avec son album Verdad. Il s’agit d’une bande dessinée magnifique sur la guerre d’Espagne travaillée aux crayons de couleur manuellement et en numérique. L’album est en vente à la librairie-estaminet La Grenouille.

Nous en avons profité pour montrer l’exposition du Musée du Vivant Une petite histoire de la bande dessinée, qui forme un cadre formidable pour s’initier à cet art (et aussi pour les écoles, collèges et lycées). Et puis la guerre d’Espagne est une question qui touche fortement le Limousin qui, uniquement en 1939, accueille 8000 réfugiés espagnols. Aussi nous montrons des pièces rares sur Guernica et la guerre d’Espagne et aussi sur les réfugiés en France avec notamment un centre près de Limoges.

Il s’agit donc d’une exposition très complète, alliant art, histoire du visuel, histoire générale, histoire locale. Bref, beaucoup de belles choses à venir contempler. Venez fêter Artemisia 2019 le 9 janvier ! L’exposition sera ouverte ensuite sur rendez-vous pour des groupes et des événements l’accompagneront jusqu’en mars.

Un grand merci à Lorena qui nous a envoyé ses planches depuis Turin !

Nuage Vert au marché de Noël des artisans

Ce dimanche 16 décembre, Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne a participé au marché de Noël des artisans dans la halle Delmas à Argentat. L’exposition présentée, hors les murs, cette fois-ci était emprunte de légèreté puisqu’il s’agissait de la « Barbe de Père Noël » et des barbes en général. La femme à barbe a aussi été évoquée ! Grand succès auprès des enfants !!!

LANCEMENT DE LA PETITION VISUELLE INTERNATIONALE POUR LE CLIMAT A ARGENTAT !

Le lundi 3 décembre commençait la COP24 en Pologne. A cette occasion, Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne a participé au lancement de la Pétition visuelle internationale pour le climat. Le principe : des graphistes et artistes de tous le continents inventent des images sur la question climatique. Ils les offrent afin de réaliser des actions de sensibilisation.
 
Et la première a eu lieu à Argentat. Bravant une météo capricieuse, les élèves du Lycée-Collège Jeanne d’Arc et des habitantes et habitants se sont retrouvés au siège de Nuage Vert. Ils ont choisi chacune et chacun une image de la pétition visuelle et l’ont brandie devant leur visage. Parallèlement Nuage Vert a ouvert une fenêtre spéciale sur son site Internet (nuage-vert.com) consacrée à la Pétition visuelle et à l’Appel pour ne plus séparer nature et culture.
 
A peine lancée, cette pétition touche déjà 42 pays sur plusieurs continents. Les Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » (18-21 juillet) présenteront une exposition sur ce thème du climat avec des images de la pétition visuelle et le glaciologue Jean-Robert Petit fera une conférence sur ses expériences aux pôles. Prenez date !

Appel pour ne plus séparer nature et culture !

Aucun texte alternatif disponible.                        L’image contient peut-être : texte

L’urgence climatique commence à susciter une prise conscience très large, même si les conséquences n’en sont pas tirées.  Une autre urgence apparait, qui lui est liée d’ailleurs : la défense de la biodiversité.

Il y aura en 2020 un Congrès mondial de la nature à Marseille. Des appels de scientifiques nous répètent la destruction accélérée des espèces. Et tout cela doit nous conduire à des réactions concrètes.

Mais allons-nous à nouveau réagir en séparant les humains de la « nature » ? Allons-nous continuer à séparer arbitrairement nature et culture ? Nous occuper de sauver un mammifère sans nous intéresser aux populations où il vit ? La défense de la biodiversité ne doit plus être séparée de la défense de la culturodiversité. D’autant que c’est aussi l’acculturation de populations instrumentalisées dans une marchandisation de tout qui provoque la perte des repères, les pollutions massives comme la disparition des espèces.

Certes, il faut inscrire tout cela dans un mouvement constant, des évolutions. La situation de la biodiversité est semblable à celle du climat. Il ne saurait être question de penser figer les choses définitivement dans un état qui nous semblerait idéal, alors que tout résulte d’évolutions successives. Mais la part des activités humaines depuis l’industrialisation du XIXe siècle et l’augmentation considérable de la population provoquent destructions d’espèces massives comme de cultures (langues, modes de vie…).

La standardisation dans des sociétés du contrôle constitue en effet une forme de crime culturel portant un fort danger liberticide. Peuples, communautés et individus souffrent à la fois d’une perte des repères et de destructions environnementales. Partout il faut donc mener un combat où enfin nature et culture sont rassemblées. Pour l’une comme pour l’autre, des traditions choisies se mêlent à des innovations (du rétro-futuro) sur un plan nécessairement à la fois local et global.

Nous ne pouvons plus accepter de considérer l’environnement comme un décor où les humains sont exclus. Défendre la biodiversité, c’est défendre la culturodiversité. En préservant et en pensant les choix et les évolutions. Ayons une conscience environnementale globale. Soyons, non pas seulement humanistes ou naturalistes, mais terristes !

 

Appel porté par la Fondation René Dumont et Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne (nuage-vert.com)

Apportez vos soutiens individuels et collectifs sur :

contact@nuage-vert.com

 

Aucun texte alternatif disponible.                 L’image contient peut-être : texte