LES PLANTES QU’ON NE REGARDE PAS : FLORE RURALE DU BORD DES RUES ET DES ROUTES

Flore rurale du bord des rues
et des routes
 
Boris Presseq est le botaniste du Museum de Toulouse. Il vient spécialement à Argentat-sur-Dordogne vendredi 14 mai à 14h à Nuage Vert dans le jardin public pour inciter à considérer autrement toutes ces plantes qui poussent ici ou là dans la fente d’un trottoir, sur la route ou près de l’eau. C’est un passionné passionnant.
 
En partenariat avec l’Atlas de la Biodiversité Communale et l’établissement Jeanne d’Arc, il incitera la population (c’est libre et gratuit) et les jeunes à se promener et à ramasser tous les types de plantes, puis à en faire des pages d’herbiers. Cela s’appelle « herboriser », mais au lieu de le faire dans la campagne comme Jean-Jacques Rousseau, on le fait en ville pour voir ce qu’on ne regarde pas.
 
Le lendemain, samedi 15 mai à 10h, rendez-vous devant Nuage Vert dans le jardin public où Boris Presseq ira voir les personnes disséminées pour leur raconter les histoires de leurs plantes ramassées. Ensuite, ces pages d’herbiers seront conservées par Nuage Vert.
 
Une belle occasion de s’ouvrir avec joie et poésie à ce qui nous entoure.

RECONCILIER NATURE ET CULTURE

UN LIVRE IMPORTANT

 

Un tweet n’est pas un livre. Et pourtant aujourd’hui souvent tout se résume à une accroche provocatrice. Marc Dufumier et Laurent Gervereau ont voulu écrire un livre, pas un article, un livre qui fourmille d’idées sur Réconcilier nature et culture.  Voilà l’occasion de réfléchir aux points centraux de notre vie terrestre, rien moins. Lisez-le, parcourez-le, goûtez-le et parlez-en !

Ce livre est publié par Nuage Vert et vendu 18 euros en version papier (achetable sur lulu.com par carte bancaire) :

https://www.lulu.com/fr/shop/laurent-gervereau-and-marc-dufumier/réconcilier-nature-et-culture/paperback/product-q8my2y.html?page=1&pageSize=4

et 10 euros en version électronique

226 pages

—————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Ouvrir les yeux et la pensée

 

On tremble désormais à l’idée de prononcer certains mots comme « élevage », « vegan », « pesticide », « écologie »… Nous préparons-nous à des sociétés de guerre civile entre productivistes et apôtres de la préservation ?

Voici un livre qui ose aborder toutes ces thématiques en dessinant les pistes de sociétés de l’échange et du respect des différences. Il est plus que temps de travailler, non pas contre, mais ensemble pour s’adapter aux défis de l’époque en changeant l’échelle de nos pensées et de nos actes.

Ce livre très riche par deux auteurs à la compétence indiscutable vous offre des repères sur beaucoup de questions, dont une histoire longue de l’écologie. Il vous explique aussi en quoi, en temps de pandémie ou en temps « normal », nous devons devenir Terristes.

Une lecture indispensable !

Marc Dufumier est agronome, professeur honoraire à AgroParisTech, et président de la Fondation René Dumont. Il est membre du comité scientifique de la Fondation Nicolas Hulot

Laurent Gervereau est vice-président de la Fondation René Dumont et président de Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne. Il a fondé en 2005 à AgroParisTech le Musée du Vivant (premier musée international sur l’écologie) et co-préside le CIRE (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur l’Ecologie)

 

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

Sommaire du livre :

 

Choc des égoïsmes ou complémentarité des points de vue ? La diversité, ça s’apprend

 

Agriculture et écologie

 

Chasse, pêche et biodiversité

 

Agriculture et alimentation

 

Agriculture et biodiversité

 

Elevage et véganisme

 

Naturel et culturel

 

Le défi éducatif : un enjeu de dialogue planétaire

 

Retour au local pour penser global : devenir« Terriste »

 

Pour une éducation environnementale

Références bibliographiques

JOURNEE DE LA TERRE, TERRE DES IMAGES

Voilà un grand plaisir pour Nuage Vert d’avoir accueilli pour trois jours complets de travail intense Nicolas Surlapierre, directeur des musées de Besançon avec notamment le musée des Beaux-Arts et d’archéologie, première collection publique en France (1694 alors que le Louvre date de 1793) et le très original musée du Temps.
Nicolas Surlapierre, outre un humour et une vivacité d’esprit sans pareille, est un esprit extrêmement fin et savant. Il va diriger prochainement aussi l’Ecole des Beaux-Arts de Besançon. Alors un immense merci d’avoir bien voulu prendre un peu de temps pour découvrir Argentat-sur-Dordogne et se pencher sur l’exceptionnelle donation de Guy Bodson (en cours de rangement dans des râteliers et meubles à plan).
Ce sont des centaines d’oeuvres depuis 1945 qui revisitent tout l’art et les images populaires (la pop culture comme on dit aujourd’hui), permettant de documenter notre rapport au monde par l’Art et les images. Nicolas sera commissaire de l’exposition Bodson fin 2022 à Nuage Vert avec publication d’un livre de référence et probablement une itinérance de l’expo.
Journée de la Terre aujourd’hui, journée symbolique pour la préservation de notre planète commune que nous abîmons à vitesse accélérée, journée aussi pour réfléchir (et tout cela est important pédagogiquement) à cet univers des images qui forment nos consciences et que Bodson n’a cessé d’interroger.
Très très grand merci Nicolas pour ta générosité !

AUDEBERT ARRIVE !

 

Dans nos temps déprimants, voici une belle histoire. Nuage Vert ouvrait samedi dernier 3 avril 2021 sa librairie avec la présentation de « La fin du monde ne date pas d’aujourd’hui » (histoire des dystopies assez réjouissante en fait). Par un hasard total, une famille entre. La conversation s’amorce et, à la fin de la conversation, au débotté, un des membres évoque le fait que le grand-père était artiste et que sa maison familiale est vendue et qu’il faut la vider.
C’est à Pleaux en Xaintrie. L’oeuvre est quasi complète (il ne vendait pas et se contentait d’exposer dans une boutique sur la place à côté). Elle est le fait d’un singulier, un artiste « art brut », un artiste surtout : Gabriel Audebert (né le 29 août 1924 et décédé le 29 mars 2007). « Monté » à Paris, il est coiffeur dans le 5e arrondissement (rue de la Huchette puis boulevard Saint-Germain) et revient souvent dans sa maison de Pleaux où il finit sa vie. Parallèlement, il met au point une technique de sculpture à base de bois et de papier mâché peint.
Outre une série historique sur les croix de Xaintrie, l’essentiel de son oeuvre consiste en des bustes sculptés de personnages : issus de peintures (Modigliani, van Gogh, Picasso…), du monde politique français (de Gaulle, Chirac, Mitterrand, Giscard d’Estaing…), de la faune (hiboux, bélier, taureau…) ou des anonymes au style art déco.
Vous voyez le grenier où il les accumulait comme un théâtre, une comédie humaine qui vous regarde. Nuage Vert vient de faire un important travail de préservation patrimoniale en acceptant le don de ces bustes (plus d’une cinquantaine) déménagés le vendredi 9 avril 2021. C’est un univers assez fascinant qui servira pour différentes manifestations.
Ce travail est très particulier : centré sur les personnages, il marie l’élégance de la ligne, issue probablement de la coiffure, à la description d’êtres mi-féminins mi-masculins et à l’expression du rêve et des angoisses de différents personnages aux yeux souvent asymétriques.
Ce van Gogh en est une belle expression.
Au temps où beaucoup ont peur, où les procédures bannissent tout courage, il fallait oser et sauver la création singulière d’un homme inconnu mais que vous allez connaître et qui mérite de l’être !

LA FIN DU MONDE NE DATE PAS D’AUJOURD’HUI

LA FIN DU MONDE

NE DATE PAS D’AUJOURD’HUI

Baladez-vous

entre  films et pop culture dystopiques…

 

Nuage Vert à Argentat-sur-Dordogne poursuit son travail de résistance culturelle commencé dès le premier confinement en 2020 (avec l’exposition et le livre « Ca ressemble à quoi un virus ? »). Il s’agit, dans cette période difficile, d’apporter un regard sur ce qui nous touche collectivement. Le samedi 3 avril à 15h (et ensuite sur rendez-vous : 0612296097) la librairie va ouvrir. Et Nuage Vert prépare une manifestation et un livre sur un thème beaucoup plus gai qu’on ne pense : « La fin du monde ne date pas d’aujourd’hui« .

Alain Le Quernec a créé une image puissante et plus de deux siècles sont ainsi revisités à travers des éditions rares (Le Dernier homme de Grainville en 1805 mais aussi Mary Shelley, HG Wells, London, Zamiatine, Huxley, Messac, Karin Boye, Orwell, K. Dick…) et de formidables affiches de cinéma de Metropolis au cyberpunk aujourd’hui en passant par les robots ou Soleil Vert. Kafka est mis à l’honneur, que son traducteur Alexandre Vialatte –le fameux écrivain et chroniqueur de La Montagne— a fortement contribué à faire connaître. Et la bande dessinée (les comics et les pulps), des objets et des tableaux et des photos font de cet ensemble le moyen de saisir comment l’anticipation se développe à partir du XIXe siècle (Verne, Souvestre, Robida…)  jusqu’à ce que Hugo Gernsback invente en 1929 aux USA la science-fiction, qui s’implante en France en 1951 avec Raymond Queneau et Boris Vian.

Dans le livre, des contributions importantes d’Andrevon (écrivain de science-fiction et historien des dystopies), de Marc Atallah qui dirige en Suisse la Maison d’Ailleurs et de Pascal Ory –élu récemment à l’Académie française– sur Boris Vian, donnent de passionnantes perspectives. Philippe Curval, qui a aidé au lancement avec Vian et d’autres de la première librairie de science-fiction en 1953 La Balance, a généreusement contribué avec ses saisissants tableaux-décollages. Et aussi les planches exceptionnelles de Chantal Montellier ou les dessins originaux donnés par Alex Jordan, ex-Grapus…

C’est ainsi le moyen de découvrir toutes ces fins du monde qui nous ont été proposées (jusqu’à la collapsologie aujourd’hui) pour rire dans certains cas et en tirer un message d’espoir : nous avons survécu à beaucoup de catastrophes terribles et aussi d’imaginaires de catastrophes. Cela devrait inciter les humains à mieux comprendre les enjeux collectifs à résoudre ensemble et les périls environnementaux dont personne ne peut s’abstraire. C’est ludique, c’est pédagogique, c’est au coeur de nos vies aujourd’hui !

UNE DONATION IMPORTANTE D’UN ARGENTACOIS

Nuage Vert vient de recevoir une donation très importante des 3 frères Pradinas autour de leur père Jean Pradinas. La famille Pradinas est corrézienne et argentacoise dans la même maison depuis plusieurs générations. Jean Pradinas fut un des réalisateurs historiques de la télévision française, créant des fictions ou assurant des retransmissions sportives.
La donation permet un travail d’éducation aux images (voir les bobines de films en cours de déménagement) avec nombre de scénarios et de manuscrits. Vous voyez la sculpture de Jacques Dufilho, qui joua le rôle principal de « La vigne à Saint-Romain » en 1978 réalisé par Jean Pradinas. Il y a même la télévision Océanic avec table et sculpture de chien et napperon qui formait une véritable installation au rez-de-chaussée de la maison. Mais c’est aussi une énorme documentation sur l’histoire argentacoise, corrézienne et limousine ou sur le sport.
Merci aux Pradinas que nous allons continuer à voir (ils ont tous les trois des maisons en Corrèze…) !

LA PREMIERE HISTOIRE DES CABANES ! VIDEOS EN LIGNE !

(cliquez sur les images pour accéder directement aux vidéos)

Un livre (192 pages couleur sur lulu.com) et une expo à Nuage Vert à Argentat-sur-Dordogne : « CABANES ET ANARCHITECTURES. Des bidonvilles à Thoreau, cabanes célèbres ou non ». Petite promenade commentée par Laurent Gervereau dans l’expo. Le livre (avec la collaboration active et généreuse de Véronique Willemin) relié de 192 pages couleur et l’exposition donnent le premier panorama de l’histoire générale des cabanes de la Préhistoire à aujourd’hui, les cabanes chics et aussi les cabanes-abris, les cabanes de la misère, les cabanes de nos rêves d’enfants et celles des artistes. Bref, un aspect essentiel de notre histoire, toujours oublié.

Evénement : la cabane disparue de Thoreau est reconstituée en maquette grand format (au quart de sa taille d’origine) par Jean-François Beaud.

Renseignements : contact@nuage-vert.com et 0612296097

A l’occasion de l’exposition « Cabanes et anarchitectures », à Nuage Vert à Argentat-sur-Dordogne, en janvier 2021, Véronique Willemin explique ce qu’est vraiment une « cabane ». Elle le fait dans l’entrée de cette exposition, qui est la première histoire générale des cabanes à laquelle elle a généreusement contribué

Henry David Thoreau, aujourd’hui célébré comme un précurseur de l’écologie, s’est isolé pendant 2 ans, 2 jours et 2 mois dans une cabane (détruite maintenant) dans les bois près du lac de Walden. Il y écrit un livre désormais fameux publié en 1854 : Walden ou la Vie dans les bois. Pour l’exposition « Cabanes et anarchitectures » de Nuage Vert, Jean-François Beaud nous explique comment il a recréé cette cabane au quart du format. Il s’agit d’une oeuvre pérenne qui pourra être prêtée par Nuage Vert

ENCORE UN EVENEMENT : VIVRE AVEC LA BIODIVERSITE

 

Voici le livre générique de Nuage Vert, celui qui traite de biodiversité et de culturodiversité :

Réconcilier nature et culture, vivre ensemble dans l’environnement

A NOUVEAU UN EVENEMENT : VIVRE AVEC LA BIODIVERSITE
 
Plus que jamais, Nuage Vert fait de la résistance culturelle en multipliant les réalisations. Voici le livre générique de Nuage Vert, celui qui traite de biodiversité et de culturodiversité :
VIVRE AVEC LA BIODIVERSITE. Réconcilier nature et culture, vivre ensemble dans l’environnement
 
Ce livre fait un bilan local de référence sur la biodiversité au pays d’Argentat-sur-Dordogne, tout en donnant des repères sur des sujets aussi importants que « Agriculture et biodiversité » nationalement et internationalement.
 
Il doit donc beaucoup à ses auteurs. Gilles Bœuf, biologiste qui dirigea le Muséum d’histoire naturelle, éclaire nos enjeux actuels. Marc Dufumier mène une réflexion inédite sur agriculture et biodiversité au niveau planétaire. Jean-Michel Teulière nous offre un texte précieux et étayé sur la biodiversité en Xaintrie. Laurent Chabrol conduit une approche sur une terre singulière, la Corrèze, où ont vécu et vivent des pionnières et pionniers de l’entomologie (l’étude des insectes), depuis le Briviste Latreille « prince des entomologistes » jusqu’à l’Argentacois Lesbordes aujourd’hui.
 
A cela s’ajoute une très riche iconographie inédite venant des collections exceptionnelles de Nuage Vert (et de de créatrices comme Marinette Cueco, Westphal, Alika, Le Ny, Claveloux… ou créateurs comme Dobritz, Nouailhat, Metsoko, Widemann, Bardi, Biraben, Zahnd, Ye Xin, Mandryka…). Ces images et oeuvres permettent de comprendre l’histoire longue des rapports des humains avec leur environnement et proposent largement des vues sur la diversité culturelle, qui est toujours à défendre.
 
Ainsi, ce livre fait date et vous ouvre aux questions essentielles de notre planète aujourd’hui (en temps de pandémie ou en temps « normal ») : comment vivre avec la biodiversité ? Comment conjuguer biodiversité et culturodiversité ? Comment être « rétro-futuro » en pensant l’évolution perpétuelle dans des choix de conservation et d’innovation ?
 
INDISPENSABLE !
 
Achetable sur lulu.com en version papier ou électronique. C’est 218 pages en couleur : https://www.lulu.com/fr/shop/laurent-chabrol-and-jean-michel-teulière-and-marc-dufumier-and-gilles-boeuf/vivre-avec-la-biodiversité/hardcover/product-8wp6g4.html?page=1&pageSize=4

BESOIN DE REPERES : LES HISTOIRES DU CINEMA

 

Un événement :

Les histoires du cinéma

Fake news, déversement d’images, de textes et de sons, tout est de plus en plus confus dans nos temps du tout-écran. Et c’est dangereux : de la confusion et de l’ignorance naissent toutes les manipulations possibles. Voilà pourquoi Nuage Vert, après un très long travail, lance une nouvelle exposition téléchargeable gratuitement en ligne : Les histoires du cinéma. Elle est née d’un partenariat avec le site decryptimages.net (et la Ligue de l’Enseignement) et l’Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma (AFRHC).

Il s’agit en effet d’offrir gratuitement au téléchargement une exposition en 55 panneaux qui fournit des repères concernant l’histoire longue du cinéma mondial depuis le XIXe siècle. L’initiative rassemble une iconographie très riche dans une maquette réalisée par Gérard Segard. Ces panneaux peuvent être utilisés sur écran ou tirés dans le format souhaité (du A3 à de grandes bannières pour des usages en extérieur). Ils peuvent bien-sûr être sélectionnés et le dernier suggère 10 moments-clé. Ils incitent à voir les films.

François Albera, qui fut professeur à l’université de Lausanne et dirige la revue de l’AFRHC, et Laurent Gervereau, président de l’Institut des Images et de Nuage Vert, ont écrit tous les textes et choisi l’iconographie avec l’aide d’Alexis Blanchet pour la partie sur cinéma et jeux vidéo. Cela constitue ainsi un ensemble très exceptionnel. Il offre des balises précises dans la chronologie et les thématiques sur tous les aspects du cinéma, création, commerce, rapport au public, technique, lien avec d’autres formes d’expression (peinture, bande dessinée, presse, télévision, Internet…). Bien sûr, les hyper-spécialistes de tel ou tel domaine trouveront toujours un manque. Mais le sérieux de cet important travail est une mine pour aller plus loin et sera très précieux pour les passionné-e-s et les pédagogues.

La période particulière des atteintes virales en 2020-21 a eu des incidences dans beaucoup de domaines. C’est particulièrement significatif pour le domaine du cinéma. Il est en pleine dématérialisation par ses accès distants et en phase d’hybridation (triomphe des jeux vidéo ou succès des séries). Le phénomène s’accélère. Plus que jamais alors, acquérir des repères historiques sur les formes visuelles devient un impératif civique pour évaluer, trier, choisir et éviter le matraquage indifférencié et les manipulations.

 

Les sites pour demander à télécharger gratuitement l’expo : decryptimages.net et nuage-vert.com (rubrique contact de ce site !)

 

L’INVERSE DU VIRUS EST LA SURVIE, DEFENDONS LA VIE !

CABANES ET ANARCHITECTURES

La maquette grand format (au quart) de la cabane d’Henry David Thoreau, aujourd’hui disparue, en cours de construction par Jean-François Beaud

 

Cabanes et anarchitectures

Des bidonvilles à Thoreau, cabanes célèbres ou non

 

Nuage Vert a décidé de faire de la résistance culturelle, considérant que le lien social, l’animation territoriale, la défense des créations et des savoirs devenaient plus que jamais des actions prioritaires dans le monde fracturé et traumatisé aujourd’hui. Faire des opérations de qualité dans la ruralité en défendant la biodiversité et la culturodiversité constituent l’axe des toutes les manifestations. A l’heure où des appels internationaux pressants se font pour la défense de l’environnement, une nouvelle opération s’ouvre en janvier sur un sujet banal mais qui n’avait jamais vraiment été étudié : les cabanes.

Le livre relié de 192 pages couleur (achetable par carte bancaire sur lulu.com) et l’exposition (dont est réfléchie la possibilité de visites privées sur rendez-vous en attendant des ouvertures plus larges) donnent un panorama de l’histoire générale des cabanes de la Préhistoire à aujourd’hui. Il s’agit aussi bien des abris antiques sur tous les continents, des cabanes de bergers, du scoutisme ou du naturisme des années 1930, des hippies, des bidonvilles que de celles de Rousseau, Virginia Woolf, Thoreau, Le Corbusier et d’architectes célèbres aujourd’hui.

Une partie spéciale est réservée au partenariat traditionnel de Nuage Vert avec le grand prix Artemisia, qui récompense les femmes autrices de bandes dessinées. Cette année, les prix 2021 ont été annoncés et le grand prix 2020 est exposé avec l’album Ada de Barbara Baldi, traitant avec beaucoup de mystère l’histoire d’une jeune femme maltraitée par son père dans la forêt, qui trouve espoir en créant dans une cabane isolée.
Et de belles contributions se sont rassemblées. Véronique Willemin, architecte et créatrice de la collection « anarchitectures » aux éditions Alternatives (maisons mobiles, maisons sur l’eau…), a apporté tout son savoir et des documents précieux. Jean-François Beaud a réalisé une maquette exceptionnelle grand format (au quart) de la cabane d’Henry David Thoreau –cabane aujourd’hui disparue de ce grand précurseur de l’écologie. Anna Pravdova et Bertrand Schmitt du musée national de Prague ont écrit sur les cabanes des Krizek à Goulles. Peter Blok a installé un morceau de ses maisons-cabanes autonomes énergétiquement et déplaçables.
Les cabanes de la ferme des histoires mélangées, créées par la famille Layotte à Sexcles, sont montrées, comme celles des ermites du Moyen-Age, les yourtes, Robinson Crusoé et La cabane de l’Oncle Tom (première traduction avant de l’appeler « case »), des dessins d’enfants sur leurs cabanes, la maquette des hortillonnages par Jacques Hennequin, des photos inédites de Notre-Dame-des-Landes, les hippies, les cabanes-maisons de Guy Rottier (ami de Reiser et précurseurs de l’énergie solaire)… Bref, les cabanes, cela concerne tout le monde, les riches et les pauvres, hier et aujourd’hui, ici et ailleurs.

Alors, ne ratez pas ce premier bilan de la base des habitats, celui qui nous rappelle à nos fonctions essentielles et à notre rapport primordial à une nature dont nous faisons partie.

 

Le livre : Cabanes et anarchitectures achetable par carte bancaire sur lulu.com

Renseignements pour la possibilité de visites privées sur rendez-vous : contact@nuage-vert.com et 0612296097

Intérieur de la cabane disparue de Thoreau à Concord près du lac de Walden (maquette grand format de Jean-Françoid Beaud, création 2021 pour Nuage Vert)
Robinson Crusoé illustré par Noury
une des cabanes de la ferme des histoires mélangées à Sexcles