Appel pour ne plus séparer nature et culture !

Aucun texte alternatif disponible.                        L’image contient peut-être : texte

L’urgence climatique commence à susciter une prise conscience très large, même si les conséquences n’en sont pas tirées.  Une autre urgence apparait, qui lui est liée d’ailleurs : la défense de la biodiversité.

Il y aura en 2020 un Congrès mondial de la nature à Marseille. Des appels de scientifiques nous répètent la destruction accélérée des espèces. Et tout cela doit nous conduire à des réactions concrètes.

Mais allons-nous à nouveau réagir en séparant les humains de la « nature » ? Allons-nous continuer à séparer arbitrairement nature et culture ? Nous occuper de sauver un mammifère sans nous intéresser aux populations où il vit ? La défense de la biodiversité ne doit plus être séparée de la défense de la culturodiversité. D’autant que c’est aussi l’acculturation de populations instrumentalisées dans une marchandisation de tout qui provoque la perte des repères, les pollutions massives comme la disparition des espèces.

Certes, il faut inscrire tout cela dans un mouvement constant, des évolutions. La situation de la biodiversité est semblable à celle du climat. Il ne saurait être question de penser figer les choses définitivement dans un état qui nous semblerait idéal, alors que tout résulte d’évolutions successives. Mais la part des activités humaines depuis l’industrialisation du XIXe siècle et l’augmentation considérable de la population provoquent destructions d’espèces massives comme de cultures (langues, modes de vie…).

La standardisation dans des sociétés du contrôle constitue en effet une forme de crime culturel portant un fort danger liberticide. Peuples, communautés et individus souffrent à la fois d’une perte des repères et de destructions environnementales. Partout il faut donc mener un combat où enfin nature et culture sont rassemblées. Pour l’une comme pour l’autre, des traditions choisies se mêlent à des innovations (du rétro-futuro) sur un plan nécessairement à la fois local et global.

Nous ne pouvons plus accepter de considérer l’environnement comme un décor où les humains sont exclus. Défendre la biodiversité, c’est défendre la culturodiversité. En préservant et en pensant les choix et les évolutions. Ayons une conscience environnementale globale. Soyons, non pas seulement humanistes ou naturalistes, mais terristes !

 

Appel porté par la Fondation René Dumont et Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne (nuage-vert.com)

Apportez vos soutiens individuels et collectifs sur :

contact@nuage-vert.com

 

Aucun texte alternatif disponible.                 L’image contient peut-être : texte