Appel pour ne plus séparer nature et culture !

ne soyez pas juste humanistes, devenez terristes !

 

APPEL POUR NE PLUS SEPARER

NATURE ET CULTURE !

 

L’urgence climatique commence à susciter une prise conscience très large, même si les conséquences n’en sont pas assez tirées.  Une autre urgence apparait, qui lui est liée d’ailleurs : la défense de la biodiversité.

Est organisé en 2020 un Congrès mondial de la nature à Marseille. Des appels de scientifiques nous répètent la destruction accélérée des espèces. Et tout cela doit nous conduire à des réactions concrètes.

Mais allons-nous à nouveau réagir en séparant les humains de la « nature » ? Allons-nous continuer à séparer arbitrairement nature et culture ? Nous occuper de sauver un mammifère sans nous intéresser aux populations où il vit ? La défense de la biodiversité ne doit plus être séparée de la défense de la culturodiversité. D’autant que c’est aussi l’acculturation de populations instrumentalisées dans une marchandisation de tout qui provoque la perte des repères, les pollutions massives comme la disparition des espèces.

Certes, il faut inscrire tout cela dans un mouvement constant, des évolutions. La situation de la biodiversité est semblable à celle du climat. Il ne saurait être question de penser figer les choses définitivement dans un état qui nous semblerait idéal, alors que tout résulte d’évolutions successives. Mais la part des activités humaines depuis l’industrialisation du XIXe siècle et l’augmentation considérable de la population provoquent destructions d’espèces massives comme de cultures (langues, modes de vie…).

La standardisation dans des sociétés du contrôle constitue en effet une forme de crime culturel portant un fort danger liberticide. Peuples, communautés et individus souffrent à la fois d’une perte des repères et de destructions environnementales. Partout il faut donc mener un combat où enfin nature et culture sont rassemblées. Pour l’une comme pour l’autre, des traditions choisies se mêlent à des innovations (du rétro-futuro) sur un plan nécessairement à la fois local et global.

Nous ne pouvons plus accepter de considérer l’environnement comme un décor où les humains sont exclus. Défendre la biodiversité, c’est défendre la culturodiversité. En préservant et en pensant les choix et les évolutions. Ayons une conscience environnementale globale. Soyons, non pas seulement humanistes ou naturalistes, mais terristes !

 

Appel porté dès 2018 par la Fondation René Dumont et Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne (nuage-vert.com)

Apportez vos soutiens individuels et collectifs sur :

contact@nuage-vert.com


 

Pourquoi un label « Earth-Village / Village-Terre » ?

 

La décision du Président des Etats-Unis de dénoncer l’accord de Paris sur le climat en juin 2017 –comme tant d’autres actes moins directement visibles mais tout aussi néfastes—déclencha une initiative : la création d’un label « Earth-Village / Village-Terre »  Pourquoi un label ? Il ne s’agit pas d’un gadget de plus. Il s’agit de rassembler de façon volontariste –car ces questions concernent tout le monde tout de suite– autour de la défense de la biodiversité et de la culturodiversité. L’originalité de la démarche consiste en effet à enfin lier les deux priorités.

Précisons les choses. Défendre la biodiversité ne consiste nullement à devenir les conservateurs de parcs mondiaux que nous déciderions de rendre immuables, que nous figerions alors qu’ils sont le résultat d’évolutions diverses, dont des évolutions climatiques. Non, il s’agit de nous considérer comme un des éléments d’un environnement dont les agissements humains produisent des modifications accélérées du climat et –pire peut-être—des pollutions graves de l’air, de l’eau, de la terre. Nous tuons en commettant des crimes écologiques qu’il va bien falloir enfin caractériser et pénaliser.

Cela touche tous les milieux. Il n’y a plus de différences entre les villes et les campagnes. Les océans charrient des déchets dans des zones inhabitées. Alors, défendre la biodiversité dans nos « villages », c’est décider à l’échelle de nos communautés de vie (quartiers des villes ou petites structures agraires) de penser à la défense de la diversité biologique comme composante première des villes et des campagnes. C’est reprendre en mains directement nos pratiques de proximité. Ce retour au local est la base de ce qui pèsera dans notre réalité locale-globale, qui est trop faible à la fois en démocratie directe et en organisation planétaire fédérée contraignante sur des enjeux communs. Commençons ainsi par nous occuper de notre sphère « directement visible », autour de nous, et faisons-le savoir pour peser sur les enjeux globaux.

La chose est claire. Mais défendre la culturodiversité peut sembler moins évident, annexe ou dangereux. De quoi s’agit-il ? Il s’agit enfin d’affirmer le droit de vivre de façon différente sur la planète avec des visions du monde variées et des coutumes et des langues diverses. Défendre cette diversité et défendre cette diversité à l’intérieur même des communautés géographiques. Non pas donc créer une planète d’égoïsmes concurrents, de communautarismes fermés et exclusifs ou autoritaires et expansionnistes, mais affirmer la possibilité du choix. A Miami, veut-on vivre la vie de la Creuse ou celle de Ouagadougou ? Partout, nous ne pouvons fonder nos modes de vie sur l’uniformisation des mœurs basée sur une consommation addictive de produits standardisés. Défendre la culturodiversité c’est affirmer la nécessité d’options individuelles et collectives « rétro-futuro », avec des traditions choisies et des innovations.

Ainsi adopter le label « Earth-Village / Village-Terre » est un engagement double : celui de l’environnement physique et celui de l’environnement mental où la tolérance existe dans une conscience claire des limites collectives de base nécessaires. Il reste ainsi à bâtir un Pacte commun planétaire évolutif qui interdise des choses simples –pouvant paraître évidentes mais qui ne le sont pas dans notre monde de terrorisme ou de peine de mort pour homosexualité ou de répression pour croyance religieuse ou philosophique ou parce qu’on naît femme ou de crimes environnementaux. La décision d’adopter le label « Earth-Village / Village-Terre » est une première étape volontariste dans une perspective pas seulement humaniste mais terriste. Elle doit être le moyen de lancer une vaste réflexion générale grâce aux habitantes et habitants eux-mêmes, par propagation sur tous les continents d’une volonté pratique de millions d’humains en situation.

Vivre, c’est agir dans et hors de son environnement. Vivre, c’est se projeter en fonction d’une certaine vision de soi et de la planète.

 

 

Pétition visuelle internationale pour le climat

Une Pétition visuelle pour l’urgence climatique
Une Banque d’images pour l’action

Nous appelons les créateurs de tous les pays à constituer une immense Pétition visuelle, pour contribuer aux luttes contre les effets et les causes du dérèglement climatique, et pour ne pas dépasser l’objectif de 2 degrés en 2100, fixé à la COP 21, dit Accord de Paris, signé par 196 pays. Les messages visuels de cette pétition peuvent traiter des causes, de la gravité et de l’urgence de la situation, appeler à la mobilisation ou signaler des actes constructifs. Ces visuels peuvent prendre la forme d’affiches, de photos, d’images animées, d’illustrations, de bande dessinée, de dessins de presse…

Cette Pétition visuelle, accessible en ligne dans son intégralité, sur la plateforme numérique 2degrees-petition.com sert de Banque d’images, mise au service des associations, ONG, fondations ou institutions, pour être utilisée dans leurs actions sous toutes leurs formes : exposition, banderoles, décors de meetings ou conférences, ou pour inonder les réseaux sociaux. La pétition est aussi envoyée au secrétariat de la Convention cadre des Nations-unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Comité de parrainage

Magid Abassi, Iran; Anna Berkenbusch, Allemagne; Xavier Bermudez, Mexique; François Caspar, France; Arnaud Corbin, France; Lisa Defossez Ramalho, Portugal; Nikki Gonninsen, Pays-Bas; El fantasma de Heredia, Argentine; Marjatta Itkonen, Finlande; Alex Jordan, France; Raouf Karray, Tunisie; Gitte Kath, Danemark; Han Jiaying, Chine; Yossi Lemel, Israël; Alain Le Quernec, France; Laurence Madrelle, France; Lech Majewski, Pologne; Malte Martin, France ; Karel Misek, République Tchèque ; Chaz Maviyane-Davies, Etats-Unis-Zimbabwe; Elisabeth Resnick, Etats-Unis; Jean-Pol Rouard, Belgique; Thierry Sarfis, France; Max Skorwider, Pologne; Ariane Spanier, Allemagne; Teresa Sdralevich, Belgique; Gianfranco Torri, Italie; Laze Tripkov, république de Macédoine; Niklaus Troxler, Suisse; Juliette Weisbuch, France; Xiao Yong, Chine; Yuan Youmin, Chine.

Organisation

Arnaud Corbin, Laurent Gervereau, Jocelyne Gorge, Ludovic Laurent, Lech Majewski, Agathe Richard, Thierry Sarfis

 

ATTENTION : Au vu de l’importance mondiale de cette thématique, une exposition sur kakemonos a été réalisée et tirée par Nuage Vert. Elle est disponible gratuitement au téléchargement (ou au prêt). Elle fait partie de notre série : DES IMAGES POUR REFLECHIR SUR NOTRE PLANETE. Elle est complétée par une autre exposition aussi disponible, qui est elle sur la thématique « Connecter / déconnecter » (contact pour obtenir les expositions)

 

Contact pour participer à la pétition visuelle internationale sur le climat :

welcome@2degrees-petition.com

______________________________________________________________________________________________________________________________________

Visual Petition for the Climate Emergency
Images Bank for Action

We call on creators from all countries to form a huge visual petition, to contribute against causes and effects of climate change and to reach the goal of 2 degrees in 2100, set by COP 21, also known as the Paris Agreement signed by 196 countries.  Each visual message in this petition can expose the causes, the gravity and urgency of the situation or call for mobilisation and concrete action.  These images can take the form of posters, photos, animated images, illustrations, comic, press drawings…

This visual petition is accessible online in it’s entirety on 2degrees-petition.com, it will be used as an image bank by associations, NGOs, foundations or institutions, for their actions in all their forms: exhibition, banners, meetings or conferences’ sets, or to flood social networks. The petition will also be sent to the secretarial office of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC).

Sponsor comitee

Magid Abassi, Iran; Anna Berkenbusch, Allemagne; Xavier Bermudez, Mexique; François Caspar, France; Arnaud Corbin, France; Lisa Defossez Ramalho, Portugal; Nikki Gonninsen, Pays-Bas; El fantasma de Heredia, Argentine; Marjatta Itkonen, Finlande; Alex Jordan, France; Raouf Karray, Tunisie; Gitte Kath, Danemark; Han Jiaying, Chine; Yossi Lemel, Israël; Alain Le Quernec, France; Laurence Madrelle, France; Lech Majewski, Pologne; Malte Martin, France ; Karel Misek, République Tchèque ; Chaz Maviyane-Davies, Etats-Unis-Zimbabwe; Elisabeth Resnick, Etats-Unis; Jean-Pol Rouard, Belgique; Thierry Sarfis, France; Max Skorwider, Pologne; Ariane Spanier, Allemagne; Teresa Sdralevich, Belgique; Gianfranco Torri, Italie; Laze Tripkov, république de Macédoine; Niklaus Troxler, Suisse; Juliette Weisbuch, France; Xiao Yong, Chine; Yuan Youmin, Chine.

Organisation

Arnaud Corbin, Laurent Gervereau, Jocelyne Gorge, Ludovic Laurent, Lech Majewski, Agathe Richard, Thierry Sarfis

Contact

welcome@2degrees-petition.com

Un lama pour la Pachamama

L’équipe du Nuage Vert était présente au salon des artisans d’Argentat le 4 novembre. Pour l’occasion, des pièces de collection venant des Andes côtoyaient les objets réalisés par les créateurs présents. Nous avons inauguré une nouvelle structure mobile en bois, réalisée par Jean-François Beaud, menuisier à Neuville. Notre présentation s’intitulait « Un lama pour la Pachamama » et proposait une pièce de céramique de l’époque Inca en forme de lama, qui était utilisée comme porte bonheur dans les fondations des maisons, après avoir été remplie de bière, offrande à la terre (Pachamama). De l’autre côté de la structure était exposé un tissu provenant du lac Titicaca et confectionné par une femme Uros, peuple singulier vivant sur des îles de roseaux. Nous serons à nouveau présents le 16 décembre pour le marché de Noël qui se tiendra dans le quartier de l’église et la place Delmas.

Passage d’un Nuage Vert en Corrèze

Le Conseil scientifique du 12 octobre de Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne s’est déroulé avec beaucoup d’efficacité et dans des conditions très agréables, tant le matin où, par très beau temps, des visites ont pu se dérouler accueillis par les maires et les institutions, que le déjeuner au conseil départemental et la réunion de travail de l’après-midi.
Concrètement, les membres du Conseil présents ont pu voir les salles de Nuage Vert à Argentat-sur-Dordogne (dans l’ancienne bibliothèque) et visiter l’exposition MANGER en Corrèze et ailleurs, voir quelques trésors (le marteau de la COP21, le dessin original de Cabu pour Histoires de Passages 2015 ou une petite maquette de jardin évoquant la grande donation récente du plus important créateur français dans ce domaine, Jacques Hennequin). Devant le bâtiment était placée une des structures mobiles destinée à une exposition de bande dessinée pour la fête de la soupe. La salle de consultation avec une partie des collections a été visitée également, montrant des fonds à la fois très locaux et internationaux. Parallèlement à l’association des Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » et en lien avec elle, une association spécifique s’est constituée pour porter Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne.
L’autre visite importante fut celle, commentée par le maire Jean-Claude Leygnac et l’expert naturaliste et élu Jean-Michel Teulière, du site départemental des Gravières destiné à être renaturé et à accueillir le futur bâtiment de Nuage Vert. La visite du pays s’est poursuivie avec notamment une halte à Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle où les membres du Conseil ont pu admirer les travaux artistiques collaboratifs réalisés et les Tours de Merle.
Le déjeuner très agréable au conseil départemental avec des produits locaux fut l’occasion d’échanges utiles. Après un large tour de table avec prise de parole de tous les membres, la réunion a permis ensuite de faire le point sur l’avancement des choses : un travail déjà fortement engagé dans les locaux actuels à Argentat-sur-Dordogne et avec les structures mobiles (vous avez la liste jointe des collections et les manifestations 2018-2019) ; la mise au point d’éléments pour un cahier des charges de manière à déboucher sur une étude de préfiguration du bâtiment sur le site des Gravières (vous en avez les grands traits en document joint).
Plusieurs aspects ont été soulignés : l’aspect fédérateur du projet et sa volonté de travailler en réseau ; son aspect polyvalent et évolutif (lieu pour accueillir des start up d’innovation environnementale comme vitrine pour les productions locales ou les associations, tête de pont pour séjourner et découvrir un territoire et sa biodiversité exceptionnelle , architecture originale utilisant des matériaux locaux dont le bois…)
 
Le lien entre nature et culture enfin a été souligné : défendre la biodiversité et la culturodiversité, dans une conception évolutive, c’est choisir une vision globale de l’environnement. Voilà une originalité et un point fort au temps où la France portera une action majeure pour la défense de la biodiversité : le Congrès mondial de la nature (11-19 juin 2020 à Marseille).
 
Nous vous tiendrons au courant de nos manifestations à venir et des avancements du projet de nouveau bâtiment ainsi que de l’installation de « La Porte du musée imaginaire » à l’entrée du site (hommage à André Malraux, réfugié en 1943 à Saint-Chamant, et aux paysages corréziens).

Donation exceptionnelle : le plus grand maquettiste de jardins en France a décidé de donner l’ensemble de son oeuvre à Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne

 Jacques Hennequin est venu en personne apporter les premières maquettes de sa donation le 6 octobre.

Il s’agit d’un ensemble de 17 maquettes originales très variées quant aux jardins représentés, certains réels et d’autres imaginaires.

Pièce phare d’abord : le potager de Villandry, première de ses créations en 1998 qui a nécessité 6 mois de travail. Dans le même ordre d’idée, la perspective de Le Nôtre à Vaux-le-Vicomte est magnifique. Mais ce qui est passionnant dans son travail réside dans le fait qu’il a travaillé sur tous les types de jardins, de la Villa Lante près de Viterbe en Italie, modèle du jardin de la Renaissance, à des pavillons de banlieue à l’automne (on montre généralement les jardins au printemps ou à l’été) ou un chalet en hiver. Il se permet des fantaisies comme lorsqu’il interprète le travail de l’architecte belge René Pechère avec un pavillon le plus inintéressant possible magnifié par son petit jardin féérique. Et des exercices de style, Hennequin en réalise beaucoup, montrant toute l’étendue des possibles (d’un rond-point routier à la terrasse d’Uzès).

Bref, une passionnante collection que Nuage Vert va montrer et prêter à diverses occasions. Le musée mobile recevra aussi les dossiers intégraux de plus de 100 maquettes réalisées en vingt ans ainsi que les centaines (milliers ?) de photos de jardins prises en France. En 2010, Hennequin a de plus créé l’association Hortesia organisant des visites privilégiées de jardins sur tout le territoire. Enfin, Hennequin, qui travaille sur une histoire générale des maquettes, veut venir organiser des ateliers pratiques pour les enfants et les familles.

« Les inspirés du bord de routes », Exposition du 20 octobre au 4 novembre aux Tours de Merle et soirée film et conférence le dimanche 28 octobre à 17h

Nuage Vert – musée Vallée de la Dordogne organise une exposition aux Tours de Merle du 20 octobre au 4 novembre autour de l’art brut et des arts spontanés. Dans ce cadre, une soirée sera consacrée, le dimanche 28 octobre à 17h, à deux personnages :
– Bruno Montpied, auteur de livre Le Gazouillis des Eléphants et co-scénariste du film que nous allons projeter, Bricoleurs de Paradis. Il nous fera l’honneur de sa présence pour un échange avec le public après la projection. Il présentera également ses photographies d’oeuvres d’art brut.
– Antoine Paucard, « inspiré du bord de routes », pour ne pas dire « artiste », mort en 1980 mais qui a laissé une oeuvre importante, sauvée par le maire de Saint-Salvadour, Pierre Rivière. Ce dernier viendra nous parler de cet homme insolite mais également de la difficulté aujourd’hui de créer un musée dans une commune rurale. Des sculptures d’Antoine Paucard seront exceptionnellement présentées.
La soirée se terminera au coin du cantou avec dégustation de châtaignes et de cidre bio offerts par les Tours de Merle.
Je vous remercie de diffuser au maximum cette invitation autour de vous. Ce serait un plaisir de vous retrouver.

Bienvenue sur le Nuage Vert

Le concept : un musée mobile sur la biodiversité et la culturodiversité

Le mot « Nuage Vert » est une dénomination poétique qui lie la terre (la végétation) et le ciel. Il évoque le mouvement. Il s’agit effectivement d’un concept neuf : un musée ancrée dans un territoire avec des collections mais qui joue le mouvement et la diffusion matériellement et en ligne.

Structure mobile du Nuage vert permettant de présenter des oeuvres hors les murs du musée

Escapades de Nuage vert – Musée mobile Vallée de la Dordogne en marge du X Trail Corrèze Dordogne

« Ca vous chatouille ou ça vous gratouille ? »

Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne présente une exposition inédite sur structure mobile. Il s’agit d’un hommage au Corrézien (par son père) Louis Jouvet dans le film Knock tourné à Uzerche — célèbre mise en cause de la médecine. A travers des brochures ou photos ou affiches rares, c’est une manière amusante de réfléchir au sport, au corps et aux docteurs…

Si vous n’allez pas au musée, le musée vient à vous ! Sur un Nuage Vert…