Le Nuage

 

Le mot « Nuage Vert » est une dénomination poétique qui lie la terre (la végétation) et le ciel. Il évoque le mouvement : un nuage d’herbe qui vagabonde librement. Il s’agit effectivement d’un concept neuf : un musée ancré dans un territoire (la Corrèze) avec des collections mais qui joue le mouvement et la diffusion matériellement et en ligne.

Nuage Vert

Musée mobile Vallée de la Dordogne

Réconcilier nature et culture

Le concept : un musée mobile sur la biodiversité et la culturodiversité

 

(petit avant-goût en vidéo)

Le propos, en travaillant sur la biodiversité et la culturodiversité, est de réconcilier nature et culture. Cela se fait en partant de la valorisation territoriale corrézienne. On ne doit plus construire en effet des lieux « soucoupes volantes », hors sol. Le Nuage Vert est la carte d’un territoire, en travaillant de façon concentrique. Il explique et renvoie d’abord à la biodiversité du pays d’Argentat et à ses expressions culturelles anciennes ou récentes au sein de la Corrèze. Mais il le fait en inscrivant cela dans la vie limousine et la Vallée de la Dordogne, de La Bourboule au Bec d’Ambès. Et il compare avec d’autres lieux nationaux, européens et planétaires. Un concept concentrique, de l’ici à l’ailleurs, car ici est essentiel et signifiant et ici se comprend en comparant avec l’ailleurs sur une planète en interactions. Son logo a été inventé généreusement par le dessinateur et graphiste Gg.

Ce musée mobile est né d’un accord de partenariat signé en juillet 2017 entre la ville d’Argentat-sur-Dordogne, la communauté de communes Xaintrie Val’Dordogne, le conseil départemental de Corrèze, l’association Histoires de Passages et la Fondation René Dumont. Ce musée mobile agit dans son lieu de référence tout en allant au sein de la vie quotidienne de la population avec notamment des structures mobiles qui présentent des pièces originales du musée lors de fêtes, de marchés, de concerts… Ce musée réalise de plus des expositions téléchargeables gratuitement en ligne qui servent dans toute la francophonie et au-delà. Il crée des modules vidéo sur le Net qui servent la pédagogie et font rayonner ses actions en réseau. Il peut lier cela à des concerts, des projections, des conférences, des promenades commentés… C’est une institution active dans ses murs et hors les murs. Un « musédia », musée dans et avec les médias, une institution en évolution qui n’a plus rien à voir avec la notion mortifère rattachée jadis à la « muséification », quand un musée-guinguette éphémère peut apparaître, par exemple, à l’occasion de la valorisation d’une musique particulière ou d’une créatrice ou d’un auteur ou d’un légume… Face au musée-bunker, au musée perçu comme un coffre-fort pour un public restreint, une institution polyvalente en prise avec l’ici et l’ailleurs, forum en réseau et lieu de repères.

Acteur et soutien du développement local, il est un lieu de rencontres et de valorisation pour les entreprises et les associations locales. Basé dans l’ancienne bibliothèque au jardin public d’Argentat-sur-Dordogne, il agit ailleurs également par partenariats et participe du projet développé par le département de la Corrèze sur le site des Gravières. Il soutient la création d’entreprises et associations innovantes au plan environnemental, notamment numériques. Il participe aussi d’une économie de la gratuité, du service des publics, de l’échange et du troc, de la valorisation matérielle et immatérielle.

Livre découpé/sculpté par Julien Vantal pour sensibiliser à la défense des abeilles (coll. Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne). Nuage Vert participe à l’éducation et à la sensibilisation environnementales par beaucoup d’opérations diverses et un travail de conservation, notamment en étant structure d’accueil de l’Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) animé par Jean-Michel Teulière

Cabu a donné en décembre 2014 le dessin aquarellé pour ce qui est devenu sa dernière affiche : celle des premières Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » de juillet 2015. Nuage Vert conserve ce dessin ainsi que la sculpture sur bois réalisée en hommage en 2016 d’après ce dessin

La sculpture sur bois par Guillaume Andelot d’après le dessin de Cabu (conservée à Nuage Vert) lors de sa réalisation en juillet 2016.

Nuage Vert travaille à l’éducation au visuel et aux médias par diverses animations pour tous les âges et des cycles de cours. La sensibilisation culturelle au sens large a un rôle civique et de lien social essentiel dans nos sociétés fracturées où la perte de repères est la porte ouverte à tous les obscurantismes : René Pétillon dessinait en 2017 « Rallumons les Lumières ! » où les philosophes du siècle des Lumières venaient faire la fête à Argentat (il a offert le dessin à Nuage Vert) pour défendre les savoirs

René Pétillon en 2017 pour les Rencontres-Promenades montre les philosophes venant « rallumer les Lumières » à Argentat-sur-Dordogne contre tous les obscurantismes

 

Où et qu’y voit-on (hors-les-murs et dans les murs) ? Agir dans la ruralité

Des espaces dans les bâtiments qui ont du sens pour des lieux de convivialité afin de rassembler et faire forum : souplesse, agilité, aspect évolutif et adaptabilité

Pour tous les projets d’implantations, il est important que les bâtiments soient développement durable innovants, utilisant des matériaux locaux comme le bois : des cabanes-totems ? Carte du territoire, Nuage Vert fédère et renvoie à la Corrèze et au pays d’Argentat, à d’autres lieux de la Vallée de la Dordogne, à des initiatives françaises, européennes et de différents continents.

Ses bâtiments actuels et futurs complètent tous les lieux de la vallée de la Dordogne qui travaillent en synergie. Nuage Vert se veut organisé avec des réserves de collections visitables, notamment pour son exceptionnelle donation de maquettes de jardins par Jacques Hennequin,, un parcours de référence modulaire sur biodiversité et culturodiversité du local au global, et des salles pour les expositions temporaires, les rencontres, animations, produits locaux. C’est un LIEU – FORUM où peuvent être abritées des entreprises de nouvelles technologies innovantes au plan environnemental, qui sert de vitrine à tout un territoire, qui permet des échanges et abrite les associations en permettant des débats… Il sert la valorisation touristique liée aux qualités environnementales exceptionnelles du territoire.

Les collections sont constituées de donations réalisées à l’occasion des différentes éditions d’ « Histoires de Passages… », dont des pièces émouvantes (le dessin original de Cabu pour ce qui est devenu sa dernière affiche lors des Rencontres-Promenades 2015). Elles se développent grâce à des donations corréziennes et sur toute la Vallée de la Dordogne avec des collectes ciblées (fonds photographique local sur la biodiversité). Elles se complèteront par des achats utiles pour la réalisation des manifestations. Elles sont totalement pluridisciplinaires (œuvres d’art, échantillons de biodiversité, films, photographies, arts populaires et outils…). Elles sont locales, nationales et internationales. Souvent, elles se constituent d’objets ou œuvres qui « parlent » (liées à des témoignages).

Jacques Villeglé peignant  » L’art, c’est quoi ? « , toile monumentale sans châssis, lors du festival « Histoires de Passages 2018 ». Il offre ainsi à Nuage Vert – Musée mobile Vallée de la Dordogne une oeuvre majeure à diffuser dans le cadre de notre programme itinérant « L’Art dans les Villages« 

 

Exposition Marinette Cueco à l’été 2020 à Nuage Vert (l’exposition était sur deux lieux en partenariat avec la Médiathèque Xaintrie-Val’Dordogne : Argentat fête Marinette). Marinette Cueco, très importante artiste travaillant sur le végétal depuis les années 1970 et native d’Argentat-sur-Dordogne, a fait un don significatif d’oeuvres originales à Nuage Vert

 

Nuage Vert, ce sont aussi beaucoup d’événements hors-les-murs pour toutes les générations, comme ici avec la venue de Pierre Villepreux lors d’une journée rugby le 26 septembre 2020 (ou celle de Catherine Le Forestier le jeudi 16 juillet 2015 à Monceaux-sur-Dordogne avec une troupe de musiciennes et musiciens ou celle du préhistorien Jean Clottes à Hautefage le 18 mai 2019 pour « L’Art dans les villages » ou encore celle de Jean Jouzel, prix Nobel avec le GIEC, le 23 juin 2021)

 

La toute première exposition en juillet 2018 dans les locaux de Nuage Vert (il y en eut dans différents lieux depuis 2015) avec l’aide du scénographe François Payet sur un sujet qui a attiré les classes, les familles et aussi des publics spécifiques (maisons de retraite, public handicapé) : MANGER. Nourriture, gastronomie, santé en Corrèze et ailleurs. En partenariat avec le Musée du Vivant – AgroParisTech et grâce au rassemblement d’objets de la vie quotidienne, de pièces de la pop culture depuis le XIXe siècle, de travaux d’artistes rares. Des thèmes forts de la biodiversité et de la culturodiversité sont ainsi mis en valeur en montrant leur histoire, l’imprégnation dans toutes les formes d’expression, chez les créatrices et créateurs et dans la vie quotidienne de chacune et chacun (avec tant d’autres sujets, dont bien sûr des thèmes comparatistes locaux-globaux) : les arbres, cabanes célèbres ou non, pommes et autres fruits oubliés, Dobritz et les médias, les plaques mortuaires en Limousin et à travers la planète (fonds Chabot), la marche, l’art vu par Bodson, la flore rurale des bords de routes, Signes de l’île de Pâques et signes d’ici, le Moyen-Age trahi par la pop culture, les champignons, architectures mobiles, papas et patates, les virus, les jardins visions du monde, les oiseaux de Nouailhat, passions d’insectes de Latreille à Lesbordes, Michel Serrault 50 ans de cinéma, Saint-Simoniens et l’utopie des transports au XIXe siècle, images secrètes et appareils des amatrices et amateurs, les dystopies dans la littérature populaire et au cinéma, le rugby des campagnes,  le loup…

 

Autre exemple d’activités hors-les-murs sur un site industriel : la journée du 3 mai 2019 au barrage de l’Aigle. Préparée avec les équipes d’EDF, l’expo sur structures mobiles avec des pièces originales a permis de montrer en avant première quelques raretés de l’expo Lumière d’été, Prévert et le cinéma, film qui a été tourné pendant la guerre justement sur ce barrage en construction, haut lieu de la Résistance et lié à beaucoup d’étrangers réfugiés. Le personnel du barrage a pu ainsi bénéficier d’une restitution sur l’histoire du lieu en liaison avec une association mémorielle locale et des scolaires des villages alentour. C’est bien cette même volonté d’enrichir la connaissance de l’histoire locale qui a présidé, par exemple, au livre et à l’exposition SAND, COLETTE, BAKER ET BEAUVOIR entre Corrèze, Limousin et Vallée de la Dordogne,qui ont bénéficié d’un texte inédit de Michelle Perrot dont l’original est conservé à Nuage Vert

 

 

A travers la BIOCULTURE, valoriser le territoire et éduquer à l’environnement, priorité civique à tout âge au XXIe siècle

Les activités d’un lieu comme celui-là doivent être incessantes à moindres coûts pour toucher des publics très diversifiés in situ et hors les murs. Le grand défaut de beaucoup d’institutions est d’avoir des parcours figés avec juste quelques grandes opérations coûteuses. Il faut faire l’inverse : être un lieu de rencontres, un lieu d’animations, un lieu qui combine petites expositions faciles à mettre en œuvre (FOCUS) et d’autres plus ambitieuses et plus longues. Il faut aussi être la carte d’un territoire en ouvrant sur des moments de découverte fréquents.

Tous les publics doivent être concernés : les associations et entreprises au long de l’année, les touristes, la pédagogie à tout âge. La pédagogie à tout âge tient évidemment une place importante grâce au LabSav (Laboratoire des Savoirs lié aux savantes et savants du conseil scientifique) qui permet de donner des notions de base sur la biodiversité locale et l’histoire environnementale en général pour tous les âges sur place (et avec des circuits commentés), en vallée de la Dordogne et par des animations et tv en ligne sur le Net faisant référence. Il s’agit d’une fidélisation et de services utiles en lien avec tous les partenaires locaux (et au-delà) : écoles élémentaires, maternelles, centres de loisirs, collèges, lycées, associations locales, médiathèques, EPHAD, centres pour les handicapés, autres musées…

De plus, le soutien à des axes de développement local est facilité par différentes rencontres (et des promenades !) sur plusieurs axes privilégiés : agriculture et agroalimentaire de qualité ; tourisme raisonné et associations valorisant le territoire ; entreprises innovantes grâce aux nouvelles technologies. Présentations de produits, animations liées à l’activité d’associations ou événements sportifs (comme Dordogne intégrale ou le X Trail européen), valorisation spécifique sur l’environnement terrestre et de rivière avec des séjours touristiques ciblés, le champ est vaste pour faire du lieu un lieu d’événements successifs intéressant des publics locaux qui se l’approprient et s’y sentent chez elles et chez eux (possibilité de restauration, de goûters d’anniversaire…) et de personnes qui viennent spécifiquement pour le découvrir et découvrir le pays (balades de découverte nature, stages de pêche respectueuse de l’environnement…). Nuage Vert est un outil, un outil polyvalent d’actions dans la ruralité.

Fédérer, attirer au pays d’Argentat-sur-Dordogne et en Corrèze et en Vallée de la Dordogne, jouer la carte du travail en réseau localement, nationalement et internationalement.

 

Le siège de Nuage Vert dans le jardin public d’Argentat-sur-Dordogne en juillet 2019 lors de l’installation du kokedama géant végétal en forme de nuage vert par Sinono et Naja Bendix

 

 

Une pièce exceptionnelle a été donnée aux collections de Nuage Vert : un plan unique manuscrit de la Dordogne colorié à la main en 1726 (sous Louis XV) réalisé pour le Marquis de Brancas. Ayant transité par l’Allemagne, cette pièce rarissime se déplie sur 2,70 mètres… Elle décrit tout le cours de la Dordogne après le Mont d’Or au niveau du Pont d’Arpia jusqu’à Blaye. Elle est réalisée avec des échelles différentes en privilégiant la haute Dordogne à partir de Beaulieu et rend compte de localités disparues. C’est passionnant dans le détail.

 

 

ANNEXE

 
La recherche d’une diversification des publics
Une des structures mobiles de Nuage vert permettant de présenter des oeuvres originales hors-les-murs au sein d’événements populaires (fêtes, marchés, sports, concerts…). Ici, le jeudi au marché d’Argentat-sur-Dordogne avant un moment apéritif convivial
 
Nuage Vert est un musée mobile car son but est de d’intervenir dans la vie quotidienne des populations : fête de la soupe, X-Trail, Dordogne intégrale, salon du livre, journée des potiers, marché de Noël…
 
La création d’événements lors des expositions (comme sur la mémoire familiale de l’immigration espagnole) complète une politique de diversification : mêler histoire de l’art et gastronomie, environnement et musique. Ainsi, Nuage Vert touche des tranches d’âge variées (depuis les scolaires jusqu’aux retraités) et des milieux sociaux divers. Nuage Vert porte une attention particulière aux handicapés (l’exposition Voir / ne pas voir les handicaps prêtée à Rilhac-Xaintrie et le travail avec le centre occupationnel des 3 Chênes).
 
Nuage Vert, c’est aussi une volonté de coopérer avec les autres associations ; SEVAD et Philippe Marchegay, la Dordogne de Villages en Barrages, l’Association Moncelloise Animations Communes (AMAC) pour « L’art dans les villages », le partenariat avec Des lendemains qui chantent, les coopérations lors de concerts du conservatoire ou de spectacles de théâtre, la participation au criterium cycliste…
 
Nuage Vert, c’est enfin la diffusion sur le Net (notamment les expos gratuites téléchargeables) et la participation à des opérations nationales et internationales : Rendez-Vous aux jardins, Journées européennes du patrimoine, commémoration nationale Boris Vian, année de la bande dessinée…
 
La volonté mise en pratique de Nuage Vert est donc la mobilité et l’ouverture aux autres en créant du lien.
L’Aile de la Bioculture —architecture autonome en matériaux locaux–, un des projets avec l’espace-jardin flottant et l’hôtel-montgolfière développés par Etienne Feher (ABF-lab) qui a exposé en 2016 à la Médiathèque (« Changer les campagnes pour changer les villes ») et fait l’affiche d’Histoires de Passages