ÉQUIPE, ADHÉSIONS / DONS ET LEGS / LE NUAGE S’ENGAGE

 

un petit clin d’oeil à la biodiversité à travers cette planche pédagogique des années 1950-60 des collections de Nuage Vert

 

L’équipe de Nuage Vert

Président : Laurent Gervereau

Vice-Président-es : Gauthier Azou, Cécile Blatrix, Sophie Mignard

Secrétaire : Hacina Hocine

Secrétaire adjointe : Frédérique Beaud-Narbonne

Trésorier : Fabien Simoneau

 

Membres : François Albera, Jean-François Beaud, Ugo Broussot, Estelle Domergue, Alexia Guilhe, Marion Lassaigne, Dominique Laurent, Jean-Claude Leygnac, Fabrine Monteil, Jacques Patureau, Emilie Sajot (Lady M)

Membre institutionnel : Sébastien Duchamp (Maire d’Argentat-sur-Dordogne)

 

Directrice de Nuage Vert : Alexandra Duchêne

 

————————————————————————————————————————————————————————-

NUAGE VERT

Association Loi 1901 sans but lucratif

Organisme d’intérêt général

Bulletin d’adhésion

Année 2024

 

Nom : ______________________________________

Prénom : ___________________________________

Adresse : ___________________________________

Code postal : ________ Ville :___________________ Téléphone : ___________

e-mail : _______________

Je souhaite devenir membre de l’association NUAGE VERT, je verse une cotisation annuelle de 8 euros.

Je souhaite faire un don de ___________ euros.

NUAGE VERT a été déclaré en avril 2024 Organisme d’intérêt général (habilité à émettre des rescrits fiscaux)

Mode de paiement

         ⃝     Espèces                                 ⃝      Chèque (à l’ordre de NUAGE VERT)

 

Souhaitez-vous être tenu(e) informé(e) des événements de l’association

         ⃝      Oui                          ⃝      Non

Date et signature

 

Bulletin à retourner accompagné de votre règlement à l’adresse suivante :

Association NUAGE VERT

Mairie d’Argentat-sur-Dordogne

Avenue Pasteur

19400 Argentat-sur-Dordogne

————————————————————————————————————————————————————————

 

Conseil scientifique

Président : Laurent Gervereau

Membres : François Albera (professeur historien du cinéma, Université de Lausanne), Anne-Claude Ambroise-Rendu (professeur à l’Université Versailles-Saint Quentin), Etienne Barillier (enseignant, spécialiste de littérature et imaginaire, Limoges), Nicolas Baudelet (Des Lendemains qui Chantent, Tulle), Christoph Becker-Schaum (Archiv Grünes Gedächtnis, Berlin), Nicolas Bel (spécialiste d’agriculture urbaine, Topager), Wladimir Berelowitch (spécialiste de la Russie, professeur à l’université de Genève et Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), Gilles Béville (Président de l’Association pour le tourisme équitable et solidaire), Laurent Bihl (historien de la caricature), Alexis Blanchet (spécialiste cinéma et jeux vidéos, Université Sorbonne nouvelle-Paris III), Cécile Blatrix (professeure de science politique, directrice de département à AgroParisTech), Gilles Boeuf (spécialiste international de la biodiversité, Président de nombreux conseils scientifiques et ex-Président du Muséum National d’Histoire Naturelle), Michel Bouvet (graphiste, ESAG-Penninghen), Nicole Brenez (théoricienne du cinéma expérimental, professeure à l’Université Sorbonne nouvelle-Paris III), Jean Brousse (économiste et sociologue), Daniel Cérézuelle (Société pour la philosophie de la technique), Gilles Clément (jardinier et paysagiste, professeur à l’Ecole nationale supérieur du paysage et au Collège de France), Ariane Dahan (conservatrice, Maison John et Eugénie Bost, La Force – Dordogne), Marc Deconchat (INRA Toulouse, directeur de recherches « Ecologie des paysages agriforestiers »), Christian Delporte (professeur, Université Versailles-Saint Quentin, Président de la Société pour l’histoire des médias), Alexandra Duchêne (conservatrice de Nuage Vert et directrice des musées départementaux du Lot), Eric Favey (Président de la Ligue de l’Enseignement), Etienne Feher (architecte, directeur d’ABF-lab agence spécialisée en innovation environnementale), Corinne François-Denève (professeure des universités, spécialiste de littérature et théâtre et chanson, Présidente de la Compagnie Benoit Lepecq), Nathalie Frascaria-Lacoste (écologue, Présidente de département à AgroParisTech, Humanité & Biodiversité), Marc-Olivier Gonseth (Directeur, Musée d’ethnographie de Neuchâtel), Pierre-Henri Gouyon (biologiste, professeur au Muséum national d’histoire naturelle), Baptiste Grard (spécialiste de l’agriculture urbaine et des villes végétales), Emmanuel Guigon (Directeur du musée Picasso Barcelone), Françoise Hache-Bissette (spécialiste de la gastronomie, professeure à l’Université Versailles-Saint Quentin, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines), Quentin Jagorel (haut fonctionnaire et réalisateur, auteur du rapport « Villes-campagnes, pour une cohésion des territoires de la République »), Marc Jeanson (Directeur de l’Herbier national au Museum (MNHN) – Directeur botanique du Jardin Majorelle de Marrakech, Maroc), Hafida Jemni (professeure d’art contemporain d’Afrique, IESA Arts & Culture), Jean Jouberton (chercheur sur les jeux vidéos), Nadia Yala Kisukidi (philosophe, université Paris VIII, Vice-Présidente du Collège International de Philosophie de 2014 à 2016), Marie-Hélène Le Ny (plasticienne photographe), Cédric Lesec (Directeur des relations extérieures, Musée des Confluences, Lyon), Gilles Luneau (écrivain et journaliste, Directeur de globalmagazine.info), Anne Massoni (maître de conférence en histoire médiévale, Université de Limoges), Denis Merveilleau (directeur pédagogique, EPITECH Bordeaux), Sophie Mignard (vice-présidente de Nuage Vert), Fabrine Monteil (membre du bureau de Nuage Vert), Chantal Montellier (présidente du prix Artemisia), Monique Mosser (historienne des jardins, Ecole nationale supérieure du Paysage et Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Pascal Ory (membre de l’Académie française), Marc Pallain (mathématicien et photographe), Thierry Paquot (philosophe et essayiste, Institut d’urbanisme de Paris),  Jacques Patureau (minéralogiste), Muriel Paucard (Directrice, Médiathèque Xaintrie Val’Dordogne), Corentin Peyrot des Gachons (Directeur du Développement Régional, EPITECH Toulouse), Michel Pierre (écrivain, spécialiste notamment de la bande dessinée), Anna Pravdova (conservatrice, Galerie nationale de Prague), Gilles Ray (journaliste limousin, kinésiologue), Sébastien Repaire (historien de l’écologie, SciencesPo Paris), Séverine Revollet (spécialiste environnement, FAL19), François Robinet (maître de conférences en histoire contemporaine, Université Versailles-Saint Quentin, Directeur du festival Les Médiatiques), Jacques Salles (producteur audiovisuel, GTV), André Stas (écrivain, poète et plasticien, Régent du Collège de ‘Pataphysique), Jean-Michel Teulière (ornithologue, maire de Saint Bonnet-les-Tours-de-Merle), Aurélie Utzeri (conservatrice du Musée du Vivant à AgroParisTech, premier musée international sur l’écologie), Stéphane Vaiedelich (Musée de la Musique – Philarmonie de Paris), Alexis Vrignon (historien de l’écologie, RUCHE – Réseau des Chercheurs en Histoire Environnementale), Kenneth White (écrivain, fondateur de l’Institut International de Géopoétique), Ye Xin (peintre et calligraphe, maître de conférences à l’Université Paris VIII), Estelle Zhong Mengual (SciencesPo Paris)

Signataires en juillet 2017 de l’Accord de coopération « Nuage Vert – Green Cloud, musée mobile Vallée de la Dordogne » : Hubert Arrestier (Président de la Communauté de Communes Xaintrie Val’Dordogne), Pascal Coste (Président du Conseil Départemental de la Corrèze), Philippe Di Folco (Président d’Histoires de Passages), Marc Dufumier (Président de la Fondation René Dumont), Jean-Claude Leygnac (maire d’Argentat-sur-Dordogne)

 


 

NOUS AVONS BESOIN DE VOUS !

 
Cela fait 10 ans que nous œuvrons
 
En 2021, NUAGE VERT a reçu la médaille d’honneur de la ville d’Argentat-sur-Dordogne. En 2022, NUAGE VERT a reçu l’agrément d’organisme d’intérêt général, d’éducation populaire et d’actions envers la jeunesse. En 2024, NUAGE VERT a été agréé organisme d’intérêt général (pouvant émettre des rescrits fiscaux)
 
DEPUIS TOUTES CES ANNÉES, JAMAIS NUAGE VERT N’A DEMANDÉ D’AIDE FINANCIÈRE AU PUBLIC, alors que nous inventons toute l’année des événements et avons constitué un patrimoine public très important grâce à un bénévolat intégral et à la générosité des artistes et des savantes et savants ou des artisans
 
AUJOURD’HUI NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE AIDE FINANCIÈRE POUR AVANCER DANS LES PROJETS GÉNÉREUX DE NUAGE VERT et continuer à œuvrer gratuitement et durablement pour réconcilier la nature et la culture et pour lier les initiatives d’ici et d’ailleurs
 

L’ARGENT A LA VALEUR DE CE QU’ON EN FAIT !

 
 
MOBILISEZ-VOUS ! VOUS POUVEZ FAIRE DES DONS ET LEGS
NUAGE VERT EST UN ORGANISME D’INTERET GENERAL :
 
NUAGE VERT
Mairie d’Argentat-sur-Dordogne
Avenue Pasteur
19400 ARGENTAT-SUR-DORDOGNE
 

 


dessin de Dobritz

Vivre n’est déjà pas toujours simple. Alors chacune et chacun se débrouille à sa façon. Pourtant, nous sommes dans un environnement évolutif qui nous contraint. Au lieu de juste s’adapter, on peut vouloir s’intéresser à la façon dont les humains agissent sur leur planète unique, ici et partout. D’où les propositions de Nuage Vert pour une conscience terriste (titre du livre de Marc Dufumier et Laurent Gervereau en 2022)

 

LE NUAGE S’ENGAGE

 

NUAGE VERT est un espace de liberté mais Nuage Vert est aussi le moyen de rassembler autour de convictions terristes (la défense de notre planète Terre commune). Axé sur la biodiversité et la culturodiversité (voir Cécile Blatrix et Laurent Gervereau (dir.), Biodiversité et Culturodiversité. Ne plus séparer nature et culture), Nuage Vert rassemble celles et ceux qui ont compris les enjeux cruciaux des humains dans leur environnement (voir le livre de Laurent Gervereau, Nous, humains, vivons local-global).

 

PASSER DE TERRIENNES ET TERRIENS A TERRISTES

Plusieurs façons de s’engager : d’abord vivre, vivre au quotidien suivant ces valeurs dans notre univers directement visible et indirectement visible. Ensuite, promouvoir une organisation terriste ici et sur la planète (voir Marc Dufumier et Laurent Gervereau, Pour une conscience terriste), c’est-à-dire pas seulement d’habiter en Terriennes et Terriens mais en vrai actrices et acteurs d’un rapport respectueux et harmonieux des interactions environnementales au sein de notre si précieuse biosphère. NUAGE VERT parle ainsi grâce à toutes ses manifestations variées guidées par l’indépendance d’esprit.

 

PETITION VISUELLE INTERNATIONALE POUR LE CLIMAT

Conservant le marteau de la COP21 sur le climat à Paris, NUAGE VERT a lancé le 3 décembre 2018 la Pétition visuelle internationale pour le climat. Jean Jouzel est venu à NUAGE VERT le 21 juin 2021 et a écrit dans Les Nuages de Serge.

 

GROUPEMENT INTERNATIONAL D’ETUDES DES POLLUTIONS (GIEP)

NUAGE VERT défend également la création d’un Groupement international d’études des pollutions (GIEP) sur le modèle du GIEC. En effet, l’impact humain sur la planète est considérable pour l’eau, la terre, l’air et le corps même des êtres vivants (dont ces humains). Il est temps d’étudier et de recenser et de prendre des mesures urgentes coordonnées (voir l’article de Laurent Gervereau dans le journal Le Monde du 14 mai 2023 : « Il serait temps de penser à réserver ses colères, publiques ou privées, à ce qui a du sens »).

 

UNE CITOYENNETE PLANETAIRE PAR L’EDUCATION CRITIQUE ET DES MEDIAS PLURALISTES

NUAGE VERT s’engage pour la « Résistance des Savoirs », pour promouvoir la démarche expérimentale et évolutive des sciences. NUAGE VERT participe avec la Ligue de l’Enseignement (et le site decryptimages.net) à l’éducation populaire de tous âges et tous milieux. NUAGE VERT défend la mise en place d’un label EDUCRITIC dans l’enseignement pour une boussole éducative critique à partir des savoirs scientifiques et –contre la confusion et la polarisation médiatiques– celle d’un label PLURI liant les médias garantissant le pluralisme des informations et des points de vue. NUAGE VERT éduque ainsi aux images et cherche à donner des repères quand les manipulations deviennent exponentielles au sein de notre guerre mondiale médiatique. NUAGE VERT cherche ainsi à rassembler pour des choix conscients dans l’environnement des humains et la préservation de la biosphère avec des organisations bannissant l’intolérance et les crimes physiques, environnementaux et culturels.

Voici l’ébauche d’une carte pour une nouvelle citoyenneté planétaire qui regarde les vraies priorités :


TT : La Terre dans la Tête !

————————————————————————————————————————————————————————-

 

Vue des gorges de la Maronne depuis les Chabannes à Hautefage en Xaintrie (19400). Ces collines boisées étaient au XIXe siècle des lieux d’élevage parsemés de bergeries. Le changement climatique modifie désormais les essences d’arbres (cette image a servi pour les « Escapades légères » en juillet 2020)

Voilà une peinture sur papier marouflé sur toile de Michel Granger créée en 2012 pour le Mois de la Photo à Paris. Né à Roanne, il fait les Beaux-Arts à Lyon et publie son premier dessin dans Pilote en 1972 (il publiera dans le New York Times, Der Spiegel, L’Express, Le Point, Le Nouvel Observateur…). Il invente beaucoup d’images célèbres pour les pochettes de disque de Jean-Michel Jarre (Oxygène en 1976 et Equinoxe en 1978), pour la télévision (journal de TF1 en 1975 jusqu’à 1985), cartes postales, timbres ou affiches du festival de Cannes. Cet artiste compose depuis les années 1970 des images qui mettent en jeu la planète touchant à tous les domaines, écologie bien sûr, féminisme, handicaps, rapport critique aux images et aux médias. Il réalise des happenings à partir de 1989 en Pologne ou à Berlin avec des traces de chenilles de char qui broient de la couleur en hommage à Wang Weilin sur la place Tienanmen à Pékin. Il est exposé au Japon (Tokyo, Kobé ou Osaka) et le MOMA de New York conserve des affiches de lui.  Nuage Vert est très heureux pour cette donation d’une peinture originale avec la totalité de ses affiches et estampes (plus de 200 pièces) et cartes postales et livres, c’est-à-dire ses multiples, formant un fonds référent sur cet artiste. Granger joint dans son oeuvre les deux axes de Nuage Vert : questions environnementales et décryptages des images (pour Reporters sans frontières ou Amnesty International, par exemple). Il participe de plus à ces figures du pacifisme développées depuis le début du XXe siècle et qui ont été mises en valeur dans PACIFISTES ET REALISTES !

Ce petit album très poétique pour enfants est de René Moreu. Il est un don personnel de Catherine Laporte-Moreu à Nuage Vert. C’est une rencontre entre nuages verts et roses ! Vous voyez l’album au centre et quelques essais de nuages autour (dessins originaux sur buvard). Nuage Vert a ainsi reçu la plus importante donation publique d’oeuvres de René Moreu (peintures comme tapisserie, dessins, illustrations pour la jeunesse à Riquiqui ou dans des albums originaux brillants esthétiquement). Moreu a exposé avec Picasso ou Miro. Il a aussi cocréé Vaillant devenu Pif. La donation va des années 1940 à aujourd’hui

Zaho de Sagazan sort La Symphonie des Eclairs en mars 2023. Voici son poster (il est signé) en 2024 dans les collections de Nuage Vert, petit clin d’oeil aux nuages de son refrain :

Il fait toujours beau au-dessus des nuagesMais moi si j’étais un oiseau, j’irais danser sous l’orageJe traverserais les nuages comme le fait la lumièreJ’écouterais sous la pluie, la symphonie des éclairs

Voici une pièce unique (acquise le 2 décembre 2022 et restaurée comme l’autre projet par l’atelier Brigitte Bussière). Il s’agit d’un projet d’affiche (à la gouache sur papier) pour le Secours national en 1940 lors de l’exode. Elle est non finalisée (« avant la lettre », c’est-à-dire avant d’intégrer typographiquement un slogan et les références de l’affiche). Sur un thème historique et malheureusement universel et intemporel (les populations réfugiées), elle a été réalisée à Marseille et provient d’un fonds d’imprimeur. Nuage Vert pratique ainsi la veille documentaire, sauvant des collections de l’histoire locale, mais aussi se souciant des questions qui occupent la vie quotidienne de nos concitoyennes et concitoyens. C’est le propre d’un musée-forum. Pendant le confinement lié au COVID, a été ainsi réalisé la première expo avec un livre sur CA RESSEMBLE A QUOI UN VIRUS ?. A l’heure des restrictions et pénuries en 2022-23 suivant la guerre en Ukraine, les rappels de la dernière guerre mondiale servent à une réflexion historique (Nuage Vert garde par exemple une revue de 1943 sur les coupures d’électricité ou des coupons d’essence). Concernant la gouache reproduite ici, des recherches ont permis d’établir qu’elle vient des archives de l’agence de publicité Eclair à Marseille. L’image nous dit que le père est mobilisé pour combattre et que la famille, mère et fille en tête, s’est échappée de Paris par peur des bombardements et arrestations et privations. Ce sont des populations réfugiées. Ci-dessous, un autre document concernant les rationnements : des tickets de pain datant de 1949 montrant que les pénuries continuent largement après-guerre. Tout cela est expliqué (des « objets qui parlent ») pour des publics aux âges et connaissances différentes avec des ateliers pour les établissements scolaires, les institutions pour handicapés (Nuage Vert est très engagé depuis l’origine sur ce sujet) et les EPHAD. Notons enfin que toutes ces pièces originales, oeuvres et documents, sont conservés en se souciant d’avoir les droits de les reproduire, ce qui permet des développements en ligne ou des projections immersives (facilitant des projets de mises en scène spectaculaires parallèlement à la vue des pièces originales)

Les tickets de rationnement du pain pour la dernière année 1949, montrant les pénuries bien après la fin de la guerre

Image pédagogique chinoise des années 1960-70 pour expliquer la structure des nuages et la formation des précipitations. Nuage Vert travaille avec l’artiste Serge Kantorowicz pour réaliser une exposition sur les nuages, thème à la fois esthétique, poétique et lié à la question du climat

Un des plus grands cinéastes internationaux, René Clair, dont le film A nous la liberté en 1931 inspire Les Temps modernes de Charlie Chaplin en 1936, vient tourner en juillet-août 1939 à Argentat le film Air pur. Il continue là son travail de contestation du travail mécanisé, des villes polluées synonymes d’aliénation pour défendre une émancipation (pour les jeunes dans Air pur) par un contact avec la nature. La mobilisation du 1er septembre 1939 interrompt le tournage et le film ne sera jamais achevé. Voici le magazine Pour vous du 2 août 1939 avec une double page sur ce film mythique disparu. René Clair logeait à l’hôtel Le Bordeaux d’Argentat et tournait notamment à Roche-de-Vic. Nuage Vert conserve ce magazine et un fonds autour de René Clair –dont un manuscrit original sur le compositeur Maurice Jaubert– et de ces mouvements pré-écologistes d’avant-guerre.

Voilà un autre exemple des collections plurisémiques (bref, qui servent à illustrer des sujets variés). Il s’agit de l’affiche originale du premier film de Charles Trenet en 1938. C’est un film musical où il vient sauver un pensionnat de jeunes filles dans un château à la campagne. Trenet démarre sa carrière personnelle entre 1936 et 1938 avec des succès poétiques « swing » qui accompagnent le Front populaire. Ce film est aussi une ode à la nature comme le film Air Pur tourné à Argentat l’année suivante (il figure avec La Route enchantée sorti la même année dans le livre sur le naturisme pour évoquer le contexte des congés payés et l’émergence des loisirs avec un rapport différent aux corps et à la campagne). Trenet sera enfin un des artistes qui assumera son homosexualité (après avoir subi boycotts et répressions)

Annonce de la mort de Benjamin Franklin par un discours de Mirabeau à l’Assemblée Nationale dans le Journal de Paris le 12 juin 1790 (original d’époque dans les collections de Nuage Vert). Benjamin Franklin, acteur de l’Indépendance des Etats-Unis, naturaliste, anti-esclavagiste, fondateur de la première bibliothèque municipale (les savoirs pour toutes et tous), a été notamment l’initiateur du paratonnerre

Serge Kantorowicz naît en 1942 et ses deux parents sont déportés à Auschwitz-Birkenau. Il est élevé par sa grand-mère. Il entre aux Beaux-Arts de Bruxelles en 1962 et côtoie ensuite Sam Szafran (son cousin), mais aussi Riopelle, Joan Mitchell, Henri Michaux, Miro, Calder, Giacometti, Vasarely… Et bien d’autres comme Roland Topor avec toute cette bande du cinéma Accatone. Le 24 septembre 2021, dans son atelier à Paris, il a créé depuis des mois et donné à Nuage Vert des petites peintures de nuages : LES NUAGES DE SERGE. Un ensemble d’une grande poésie pour faire une installation flottant à travers une pièce entière. Un livre accompagne ce travail avec des textes inédits sur son oeuvres mais aussi sur le climat, dont Jean Jouzel a parlé à l’invitation de Nuage Vert. Ces nuages sont présentés dans la partie « Galerie » de ce site
une interprétation de l’éblouissement premier devant l’oeuvre monumentale Regards de Lumière de Francis Guerrier, artiste qui a généreusement accompagné depuis 2015 les Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » et Nuage Vert. En 2022, alors que la guerre en Ukraine occupait l’actualité, il rappelait les vies et le patrimoine détruits de la Syrie dans la chapelle Jeanne d’Arc à Argentat-sur-Dordogne : une nef inversée portant des photos lumineuses d’enfants et d’adultes qui nous regardaient, tirées de 4 heures de film réalisé en 2000 à Alep, Damas, Palmyre et Bosra. Une oeuvre-mémoire forte visuellement et par son émotion qui marque des publics de tous âges

 

un petit clin d’oeil à la culturodiversité à travers cette estampe offerte à Nuage Vert par l’artiste islandais Erro, qui a par ailleurs créé spécialement une toile de 5,50 mètres sur le pays d’Argentat-sur-Dordogne donnée à Nuage Vert en 2019

Les trois bannières mobiles Air-Terre-Eau réalisées par Speedy Graphito pour Nuage Vert et présentées en intérieur ou en extérieur lors des séances publiques d’initiation à l’environnement (Rencontres de la Bioculture). Ces peintures originales peuvent être montrées sous forme de triptyque ou séparément, sorties et promenées (sans le trépied qui se retire) et placées dans la nature.

 

De nombreux partenaires

Nuage Vert est né d’un accord de partenariat en juillet 2017 entre la ville d’Argentat-sur-Dordogne, la communauté de communes Xaintrie Val’Dordogne, le conseil départemental de la Corrèze, les Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » et la Fondation René Dumont. La ville d’Argentat-sur-Dordogne héberge le siège de Nuage Vert et aide à ses activités. Donc l’aspect partenarial d’animation d’un territoire –et au-delà– est essentiel.

Nuage Vert est inscrit dans des opérations nationales et internationales comme les Rendez-Vous aux jardins ou les Journées européennes du Patrimoine ou les Rencontres européennes « Patrimoine Culturel Immatériel, Musées et Innovation » dans le cadre du projet européen ‘The Intangible Cultural Heritage and Museums Project’.

Nuage Vert collabore avec de nombreuses institutions, notamment par ses prêts gratuits d’expositions en partenariat avec la Ligue de l’Enseignement et le site decryptimages.net. Nuage Vert travaille historiquement avec le Musée du Vivant à AgroParisTech et avec le CIRE (Centre Interdisciplinaire de Recherches sur l’Ecologie à AgroParisTech). Nuage Vert est co-fondateur de la Pétition visuelle internationale pour le climat (Visual Petition for the Climate), lancée en 2018 par 2degrees-petition.com.

Nuage Vert est un acteur fédérateur associé aussi bien au Collège Simone Veil ou au Lycée-Collège Jeanne d’Arc, au Foyer occupationnel pour handicapés des trois Chênes, aux associations SEVAD ou France Nature Environnement, à la Ligue de Protection des Oiseaux, à EPIDOR et à l’Atlas de la biodiversité, mais aussi aux écoles d’art comme l’Ecole nationale supérieure d’arts Limousin ou Nord-Pas-de-Calais ou à des institutions culturelles comme la Maison André Breton ou aux écoles pour l’innovation numérique avec Epitech Bordeaux et Toulouse ou en associant des activités sportives avec La Dordogne de Villages en Barrages.  A noter : Nuage Vert, dans le cadre des barrages hydrauliques, est soutenu depuis l’origine par EDF, ce qui a conduit à des opérations mémorielles sur les villages engloutis, des expositions au barrage de l’Aigle (sur le tournage de Lumière d’été avec Prévert durant guerre et Résistance) ou une réflexion sur les enjeux de l’eau au temps des changements climatiques.

Inutile de tenter un inventaire, forcément réducteur. L’esprit est là : Nuage Vert est polyvalent et se veut rassembleur en construisant des collaborations fructueuses et actives. Nul doute : ce Nuage continuera à bouger !

Autoportrait original à la plume dessiné en 1931 par le clown Grock. Nuage Vert publie en 2024 Etes-vous idiots ?, en partenariat avec la Maison John et Eugénie Bost à La Force en Dordogne. Après Voir / ne pas voir les handicaps avec la Ligue de l’Enseignement (autour du partenariat decryptimages.net), voici une autre manière d’interroger la « normalité ». Des collections sont en effet rassemblées montrant la construction au XIXe siècle de la notion d’idiotie (Esquirol et Séguin avec les premières publications originales) et puis toutes les acceptions insultantes typiques du XXe siècle (idiots, imbéciles, bêtes, débiles, abrutis, cons…). Beaucoup de documents rares, comme une édition sous forme de feuilleton en décembre 1880, juste après la mort en mai de Gustave Flaubert, du roman inachevé  Bouvard et Pécuchet (il voulait le sous-titrer Encyclopédie de la bêtise humaine). Et puis aussi le burlesque au cinéma, avec d’abord les Français avant 1914  Max Linder, Onésime, Prince Rigadin, puis à Hollywood Chaplin, Keaton, Langdon, Laurel et Hardy… sont interrogés comme satire de la bêtise, de la naïveté ou des anti-héros, dont certains –tel le clochard Charlot– dynamitent les règles sociales et deviennent des formes de super-héros portant la revanche des relégués à la marge, des anormaux ou asociaux. Grock, plus célèbre « auguste » au cirque de l’entre-deux-guerres, s’inscrit dans ce parcours. Le livre publié à cette occasion par Nuage Vert Etes-vous idiots ? se termine avec un t-shirt créé par Mister Local-Global : NOUS SOMMES IDIOTS ! (évoquant les actions des humains, particulièrement l’absurdité suicidaire consistant à détruire son propre environnement)

Dessins de Gg créés pour l’exposition ARBRES ET PLANTIGRADES. Les arbres poussent, les humains aussi qui a permis en 2019 le don d’un texte manuscrit de Pierre Bergounioux sur les arbres en Corrèze, le don aussi des photos d’arbres de Jean-Claude Bouyat et le partenariat de Marc Deconchat de l’INRAE Toulouse (Directeur de recherches « Ecologie des paysages agri-forestiers »). En 2023, autour du thème LA VIE VEGETALE, de nombreuses manifestations vont valoriser à la fois des créations et les apports scientifiques