Le Nuage

 

Le mot « Nuage Vert » est une dénomination poétique qui lie la terre (la végétation) et le ciel. Il évoque le mouvement : un nuage d’herbe qui vagabonde librement. Il s’agit effectivement d’un concept neuf : un musée ancré dans un territoire (la Corrèze) avec des collections mais qui joue le mouvement et la diffusion matériellement et en ligne en s’ouvrant à tous les publics avec des manifestations gratuites.

Nuage Vert

Musée mobile Vallée de la Dordogne

Réconcilier nature et culture

Le concept : un musée mobile sur la biodiversité et la culturodiversité

 

(petit avant-goût en vidéo)

Nuage Vert a reçu en 2022 du ministère de l’Education Nationale l’agrément d’organisme d’intérêt général, d’éducation populaire et d’actions envers la jeunesse. Le 31 janvier 2021, Nuage Vert a reçu la médaille d’honneur de la ville d’Argentat-sur-Dordogne.

Le propos : en travaillant sur la biodiversité et la culturodiversité, il s’agit de réconcilier nature et culture. Cela se fait en partant de la valorisation territoriale corrézienne. On ne doit plus construire en effet des lieux « soucoupes volantes », hors sol. Voilà pourquoi Nuage Vert combine le respect des savoirs et les ouvertures collaboratives (par exemple pour le choix des sculptures de Biraben ou les associations de défense des pommes anciennes ou l’histoire du rugby ou la vision de la télévision avec les dessins de Dobritz…). Nuage Vert est la carte d’un territoire, en travaillant de façon concentrique. Il explique et renvoie d’abord à la biodiversité du pays d’Argentat et à ses expressions culturelles anciennes ou récentes au sein de la Corrèze. Mais il le fait en inscrivant cela dans la vie limousine et la Vallée de la Dordogne, de La Bourboule au Bec d’Ambès. Et il compare avec d’autres lieux nationaux, européens et planétaires. Il fait comprendre l’importance des migrations depuis les époques les plus anciennes (commerce du vin, par exemple). Un concept concentrique, de l’ici à l’ailleurs, car ici est essentiel et signifiant et ici se comprend en comparant avec l’ailleurs sur une planète en interactions. Son logo a été inventé généreusement par le dessinateur et graphiste Gg.

Ce musée mobile est né d’un accord de partenariat signé en juillet 2017 entre la ville d’Argentat-sur-Dordogne, la communauté de communes Xaintrie Val’Dordogne, le conseil départemental de Corrèze, l’association Histoires de Passages et la Fondation René Dumont. Ce musée mobile agit dans son lieu de référence tout en allant au sein de la vie quotidienne de la population avec notamment des structures mobiles qui présentent des pièces originales du musée lors de fêtes, de marchés, de concerts… Ce musée réalise de plus des expositions téléchargeables gratuitement en ligne qui servent dans toute la francophonie et au-delà. Il crée des modules vidéo sur le Net qui servent la pédagogie et font rayonner ses actions en réseau. Il peut lier cela à des concerts, des projections, des conférences, des promenades commentés… C’est une institution active dans ses murs et hors les murs. Un « musédia », musée dans et avec les médias, une institution en évolution qui n’a plus rien à voir avec la notion mortifère rattachée jadis à la « muséification », quand un musée-guinguette éphémère peut apparaître, par exemple, à l’occasion de la valorisation d’une musique particulière ou d’une créatrice ou d’un auteur ou d’un légume… A titre d’exemple, Nuage Vert a occupé le premier confinement de 2020 à cause du virus COVID à préparer la première manifestation internationale muséale sur la question des virus ouverte le 16 mai 2020 : MONTRER L’INVISIBLE (associant des pièces originales historiques, la contribution d’artistes et l’intervention d’enfants). Face au musée-bunker, au musée perçu comme un coffre-fort pour un public restreint, une institution polyvalente en prise avec l’ici et l’ailleurs, forum en réseau et lieu de repères.

Acteur et soutien du développement local, il est un lieu de rencontres et de valorisation pour les entreprises et les associations locales. Basé dans l’ancienne bibliothèque au jardin public d’Argentat-sur-Dordogne, il agit ailleurs par partenariats et collaborations diverses. Il soutient la création d’entreprises et associations innovantes au plan environnemental, notamment numériques. Il participe aussi d’une économie de la gratuité, du service des publics, de l’échange et du troc, de la valorisation matérielle et immatérielle.

Quel futur avec les changements climatiques ? Voilà ce qui a été abordé publiquement par Jean Jouzel, prix Nobel avec le GIEC, le 21 juin 2021 dans cette soirée organisée par Nuage Vert. A la tribune, trois autres spécialistes pour échanger avec le public : Jean-Michel Teulière, naturaliste corrézien, Marc Deconchat qui dirige le département arbres et forêts à l’INRAE Toulouse et l’ingénieur Laurent Castaignède de Bordeaux spécialiste des transports, auteur de AIRVORE. Jean Jouzel a de plus bien voulu écrire pour Nuage Vert  en janvier 2022 un texte inédit, comme Hubert Haddad, Jean-Robert Petit et Raoul Vaneigem dans le livre LES NUAGES DE SERGE (avec des peintures de nuages offertes par Serge Kantorowicz)

 

DANS SON FONCTIONNEMENT LUI-MEME, NUAGE VERT A EU TRES TOT LE SOUCI DE L’ECONOMIE DE LA PROXIMITE AVEC UN SOUCI DE LA SOBRIETE ENERGETIQUE. Des salles ouvertes lors d’événements ou à la demande. Le choix éthique de présenter –dans ce monde d’images, du tout-écran et de « fake »– uniquement des pièces originales en sauvant des patrimoines locaux et en montrant des pièces d’ailleurs précieuses préservées dans les collections pour un dialogue nature-culture. La volonté de valoriser ces richesses sans emprunter au loin et faire circuler inutilement des pièces (sauf en cas de prêts à des institutions extérieures). Un considérable travail bénévole local avec du DIY (« Do It Yourself »: ou FLT « Fais-Le Toi-même ») et des entreprises de proximité qui sont choisies prioritairement.

Nuage Vert a apporté en 2021 une contribution essentielle à l’histoire locale, soutenue par la mairie. Le livre d’Alexandra Duchêne publié par Nuage Vert est en effet le premier travail global sur tous les aspects du passé local. Appuyé par les fonds rassemblés dans les collections et par des enquêtes auprès des familles, des associations et des entreprises, il s’agit d’un travail historique d’ensemble sur l’histoire environnementale (nature et culture) dans la longue durée jusqu’à la situation actuelle. C’est ainsi une oeuvre collaborative et une valorisation d’une très riche iconographie à toutes époques.

 

Cabu a donné en décembre 2014 le dessin aquarellé pour ce qui est devenu sa dernière affiche : celle des premières Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » de juillet 2015. Nuage Vert conserve ce dessin ainsi que la sculpture sur bois réalisée en hommage en 2016 d’après ce dessin. Cette première édition marquante a permis notamment l’installation de la sculpture géante Le Coulobre de Diadji Diop sur le pont d’Argentat. Symboliquement, la fille de Jean Vigo, Luce Vigo (bloquée finalement par une crise d’asthme), devait venir pour la projection du film de son père L’Atalante, sorti en 1934 sous le titre Le chaland qui passe (Luce avait l’affiche originale du film sur le mur de son salon)

La sculpture sur bois par Guillaume Andelot d’après le dessin de Cabu (conservée à Nuage Vert) lors de sa réalisation en juillet 2016.

Nuage Vert travaille à l’éducation au visuel et aux médias par diverses animations pour tous les âges et des cycles de cours. La sensibilisation culturelle au sens large a un rôle civique et de lien social essentiel dans nos sociétés fracturées où la perte de repères est la porte ouverte à tous les obscurantismes : René Pétillon dessinait en 2017 « Rallumons les Lumières ! » où les philosophes du siècle des Lumières venaient faire la fête à Argentat (il a offert le dessin à Nuage Vert) pour défendre les savoirs

René Pétillon en 2017 pour les Rencontres-Promenades montre les philosophes venant « rallumer les Lumières » à Argentat-sur-Dordogne contre tous les obscurantismes. Les personnes d’horizons divers venues l’été pour échanger dans cette promenade collective sont très nombreuses, laissant des souvenirs forts (même si quelques-unes n’ont pu finalement nous rejoindre comme Agnès Varda ou Bruno Latour)

Hélène d’Almeida-Topor, professeure d’université spécialiste des études africaines et soeur aînée de Roland Topor, est venue inaugurer l’avenue Roland Topor en juillet 2017. Chaque année avec « Histoires de Passages… » un hommage est ainsi rendu pendant l’été. Le moment fut précieux car Hélène rappela ses souvenirs de la guerre où la famille vint se réfugier dans un premier temps en Nouvelle Aquitaine. Des échanges permirent d’évoquer son frère, créateur prolixe et inventif avec une vraie vision du monde (disparu en 1997) qui accompagne Nuage Vert. La vidéo du témoignage d’Hélène (elle nous a quitté en 2020) est conservée dans les collections avec d’autres témoignages rares.

Francis Guerrier a installé cette oeuvre Regards de lumière à l’invitation de Nuage Vert dans la chapelle Jeanne d’Arc de juillet à octobre 2022. Elle a été vue par plusieurs milliers de personnes durant l’été, ébahies. Il s’agit d’une coque inversée lumineuse monumentale porte des cadres de photos éclairées dont on s’aperçoit qu’il s’agit de personnes, dont beaucoup d’enfants. Ils nous regardent. Au fond, pas moins de 4 heures de film recueilli en 2000 à Alep, Damas, Palmyre et Bosra, autant de villes marquées ensuite par la guerre et autant de regards, de vies qui souvent se sont totalement transformées ou ont disparu dans une guerre syrienne dont on comprend qu’elle fut une répétition des événements d’Ukraine. Le sculpteur monumental Guerrier accompagne depuis 2015 Histoires de Passages et Nuage Vert avec Plume d’ange en hommage à Nougaro ou La Porte du musée imaginaire en souvenir de Malraux réfugié à Saint-Chamant pendant la Deuxième Guerre mondiale et y inventant cette notion. Immense merci à cet artiste généreux avec qui les aventures poétiques dans l’espace vont continuer

Correspondance sur le commerce des vins et les gabares le long de la Dordogne. Nuage Vert –comme pour l’immigration espagnole au moment de la guerre d’Espagne ou celle liée à la construction des barrages ou l’émigration des Corréziens– porte une attention particulière aux Migrations corréziennes à travers l’Histoire

 

Catherine Le Forestier le 16 juillet 2015 à Monceaux-sur-Dordogne où elle était à la fois narratrice, chanteuse et violoniste au milieu de ses ami-e-s artistes pour un spectacle inédit offert à Histoires de Passages et évoquant sa vie, sa carrière, ses passions. Son frère Maxime l’accompagnait à la guitare à ses débuts. Chantant de façon exceptionnelle et s’accompagnant désormais au violon, elle obtint le grand prix de Spa en 1971 pour Au pays de ton corps, qu’elle interpréta à Monceaux. C’est elle qui emmena Maxime à San Francisco dans la maison bleue. Artiste indépendante, très originale, elle part au Maroc pour 7 ans en 1971 et prend le nom d’Aziza. Elle chante plus tard aussi bien Aimé Césaire que Rimbaud

Le 14 mai 2021, Boris Presseq (de dos) participe au rassemblement des volontaires argentacois qui commencent à arriver à Nuage Vert pour participer à la collecte de la Flore rurale des bords de rues et de routes, celle qu’on ne regarde pas, ces plantes « invisibles » qu’on méprise. Boris Presseq est le botaniste du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, spécialiste de ces questions. Il a déjà participé à Histoires de Passages. Cette opération conduit à la constitution d’herbiers conservés à Nuage Vert dans une restitution qualifiée avec Boris Presseq le lendemain samedi 15 mai 2021. Cela fait l’objet d’un dépliant édité en 2023 Flore rurale des bords de rues et de routes lors de La vie végétale (thème d’Histoires de Passages). L’action est accompagnée d’actions pédagogiques et d’herbiers scolaires conservés à Nuage Vert et de La plante que j’aime réalisée avec des institutions pour les handicapé(e)s (le centre des Trois Chênes à Rilhac-Xaintrie ou la Fondation John Bost à La Force en Dordogne). L’exposition POMMES ET AUTRES FRUITS OUBLIES en lien avec les Croqueurs de pommes de Corrèze de septembre à décembre 2020 permit aussi de nombreuses animations dans les murs et hors-les-murs La journée MYCOFOLIE (autour du monde immense des champignons) le samedi 22 octobre 2022 est complémentaire de ces initiatives pour mieux connaître notre environnement végétal

Pour POMMES ET AUTRES FRUITS OUBLIES, des partenariats avec les Croqueurs de pommes ou avec la FAL19 ici (avec Jean-Claude Chataur dans un stage de greffes) ont ouvert l’expo sur des événements hors-les-murs

Livre découpé/sculpté par Julien Vantal pour sensibiliser à la défense des abeilles (coll. Nuage Vert – musée mobile Vallée de la Dordogne). Nuage Vert participe à l’éducation et à la sensibilisation environnementales par beaucoup d’opérations diverses et un travail de conservation, notamment en étant structure d’accueil de l’Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) animé par Jean-Michel Teulière

 

 

Où et qu’y voit-on (hors-les-murs et dans les murs) ? Agir dans la ruralité avec des événements exigeants

Des espaces dans les bâtiments qui ont du sens pour des lieux de convivialité afin de rassembler et faire forum : souplesse, agilité, aspect évolutif et adaptabilité, tiers-lieux et création d’événements…

Pour tous les projets d’implantations, il est important que les bâtiments soient développement durable innovants, utilisant des matériaux locaux comme le bois : des cabanes-totems ? un earthship co-construit avec les habitants et autonome énergétiquement ? Carte du territoire, Nuage Vert fédère et renvoie à la Corrèze et au pays d’Argentat, à d’autres lieux de la Vallée de la Dordogne, à des initiatives françaises, européennes et de différents continents.

Ses bâtiments actuels et futurs complètent tous les lieux de la vallée de la Dordogne qui travaillent en synergie. Nuage Vert se veut organisé avec des réserves de collections visitables, notamment pour son exceptionnelle donation de maquettes de jardins par Jacques Hennequin, un parcours de référence modulaire sur biodiversité et culturodiversité du local au global, et des salles pour les expositions temporaires, les rencontres, animations, produits locaux. C’est un LIEU – FORUM où peuvent être abritées des entreprises de nouvelles technologies innovantes au plan environnemental, qui sert de vitrine à tout un territoire, qui permet des échanges et abrite les associations en permettant des débats… Il sert la valorisation touristique liée aux qualités environnementales exceptionnelles du territoire.

Les collections sont constituées de donations réalisées à l’occasion des différentes éditions d’ « Histoires de Passages… », dont des pièces émouvantes (le dessin original de Cabu pour ce qui est devenu sa dernière affiche lors des Rencontres-Promenades 2015). Elles se développent grâce à des donations corréziennes et sur toute la Vallée de la Dordogne avec des collectes ciblées (fonds photographique local sur la biodiversité). Elles se complèteront par des achats utiles pour la réalisation des manifestations. Elles sont totalement pluridisciplinaires (œuvres d’art, échantillons de biodiversité, films, photographies, arts populaires et outils…). Elles sont locales, nationales et internationales. Souvent, elles se constituent d’objets ou œuvres qui « parlent » (liées à des témoignages). Pour résumer (voir les listes et exemples dans la partie « les collections » de ce site) :

  • – il existe des collections thématiques larges : sur le pays d’Argentat / l’agriculture / la biodiversité / les dystopies et la science-fiction / le climat / le féminisme / les images du Moyen Age / l’écologie / le rugby / les cabanes / le pacifisme / les virus / la marche…
  • – des oeuvres uniques rares : le dernier dessin de Cabu pour une affiche (et des originaux de Pétillon, Boucq, Chantal Montellier, Mandryka…), des peintures grand format de Villeglé, Erro, Speedy Graphito…
  • – des fonds référents d’artistes divers (avec des donations très importantes) : peintures de Guy Bodson et René Moreu et Tanguy Crovisier et Alika Lindbergh et Ye Xin, photographies de Bernard Plossu et Pierre Collombert et Pascal Widemann et Pierre Bergounioux et Christelle Westphal et Jean-Claude Bouyat, dessins de Jean Dobritz et Alexis Nouailhat, maquettes et photographies de jardins de Jacques Hennequin, affiches et estampes et cartes postales de Michel Granger, sculptures de Gabriel Audebert et de Jean-Claude Biraben, objets personnels et archives d’André Louis (pionnier de l’agriculture biologique), collection et photographies d’insectes de Gérard Lesbordes, livres et exposition d’André Chabot, fonds sur la télévision française des années 1960 aux années 2000 de Jean Pradinas, fonds cinéma de Michel Serrault et autour de Jacques Prévert et Lumière d’été et Air pur de René Clair…

Découvrir le monde au musée ! Oui, c’est vital : nous avons besoin de comprendre le sens de toutes ces images qui nous bombardent !

Jacques Villeglé peignant  » L’Art est ? « , toile monumentale sans châssis (3 mètres de haut sur 4,20 mètres de large) sur les définitions de l’art et librement inspirée de : Marc Dachy, Potlatch offert à Martin Muller à l’occasion des anniversaires de J. Villeglé et D. Spoerri le 27 mars 2007. Il donne ainsi à Nuage Vert – Musée mobile Vallée de la Dordogne une oeuvre majeure diffusée notamment dans le cadre de notre programme itinérant « L’Art dans les Villages »

La toile grand format de Villeglé  » L’Art est ? «  (3 mètres de haut sur 4,20 mètres de large) créée spécialement pour Nuage Vert à Argentat-sur-Dordogne en juillet 2018 avec la collaboration de l’École Supérieure d’Art du Nord-Pas-de Calais (Dunkerque). Elle est inaugurée lors des Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » le jeudi 16 juillet 2018. Nous n’oublierons jamais ces moments vécus avec Jacques et sa fille

devant un tableau,

c’est toi qui bouges

c’est toi qui es libre

c’est toi qui vois un objet unique !

 

et il est temps de croiser les savoirs, d’échanger, de découvrir :

 

Le 12 septembre 2021, Françoise Besset-Louis et sa fille Emilie apportent à Nuage Vert une très importante collection d’objets personnels, photos, archives, livres anciens et récents annotés… d’André Louis à l’occasion de l’exposition et du livre : ELLUL, CHARBONNEAU, ANDRE LOUIS, trois pionniers de l’écologie en Nouvelle Aquitaine, manifestation qui a bénéficié aussi de la donation Simon Charbonneau à Nuage Vert.

André Louis dans un champ de blé en biodynamie lors d’un voyage d’études en Allemagne (1965). André Louis, ingénieur agronome, est un pionnier majeur de l’agriculture biologique. Influencé par la biodynamie de Steiner et Pfeiffer, il emploie dès 1949 le terme d' »agriculture biologique ». Avec son ami Matteo Tavera, il fonde en 1964 Nature & Progrès. Nuage Vert valorise l’importante donation de cet homme courageux et visionnaire, mort brutalement en 1970, à travers le Centre André Louis pour l’Agriculture Biologique (CALAB).

Image créée pour le CALAB. Le CALAB est un cercle amical basé à Nuage Vert pour perpétuer l’oeuvre d’André Louis, contribuer à l’histoire de l’agriculture biologique et pour permettre des échanges indépendants sur les nouveaux modes d’agroécologie aussi bien ici que sur la planète. Nous contacter si vous êtes intéressés.
Pierre Collombert (né en 1938) a suivi l’évolution des campagnes françaises depuis les années 1960 et les transformations des agricultures, des paysages et des modes de vie paysans (voir son livre Paysans, nos racines chez De Borée en 2004 préfacé par Jean-Pierre Coffe, réédité en 2020). Il a passé des années à sillonner la France rurale en 6 ou 7 tours de France annuels : c’est ainsi le grand photographe des campagnes françaises. A partir du samedi 25 septembre 2021, il a effectué une très importante donation à Nuage Vert couvrant toute sa carrière. Il s’agit de 97 tirages originaux noir et blanc et couleur grand format réalisés par lui dans des cadres qu’il a confectionnés. Voici le retour des brebis le soir dans les Causses du Quercy (Lot) en 1979. En 2023, Nuage Vert rend hommage à Pierre Collombert. Cette donation essentielle est complétée par d’autres fonds sur les évolutions du monde rural, certains locaux comme celui d’Albert Moisson de Neuville en Corrèze sur le cochon. Le grand écrivain né à Brive Pierre Bergounioux, Prix de la langue française 2021, a  bien voulu de son côté donner en octobre 2021 40 photographies et un texte inédit sur le statut des images en Corrèze et l’évolution des paysages

Nuage Vert a un partenariat avec la Maison John et Eugénie Bost – un musée pour comprendre la différence à La Force en Dordogne près de Bergerac. Il s’est concrétisé notamment avec la diffusion gratuite en ligne de cette exposition et du livre Voir / ne pas voir les handicaps. L’exposition a été présentée avec la collaboration du Foyer occupationnel des 3 Chênes à Rilhac-Xaintrie en juillet 2019. L’exceptionnelle donation de peintures de René Moreu qui lutta toute sa vie contre la cécité est une autre façon de traiter cette question du handicap (René Moreu consacre ses créations à l’observation de la nature). Et puis Nuage Vert répond aux demandes d’ordonnances muséales (opération Respirez l’art ! où des rendez-vous par groupes permettent de se sensibiliser physiquement et psychologiquement aux oeuvres).

Les bobines de films de Jean Pradinas en cours de déménagement. Pradinas est un réalisateur historique de la télévision française, faisant aussi bien des fictions que des retranscriptions sportives. La donation très riche de ses enfants permet de conforter les activités de Nuage Vert d’éducation aux images. C’est aussi la donation d’une famille corrézienne vivant à Argentat depuis plusieurs générations avec une documentation très importante sur l’histoire locale

Nuage Vert est un musédia, un musée avec les médias et dans les médias. Il développe des cours d’histoire des arts et du visuel, des décryptages d’images, pour un rôle éducatif et citoyen à tout âge en tempe de paix ou de guerre. Il analyse la guerre mondiale médiatique car c’est bien ce développement des savoirs sur cette vision reçue sur écran (et dans nos doubles tel metavers) qui conditionne désormais le rapport au réel. LA MORT DE LA TELEVISION à travers les dessins de Dobritz de Christian Delporte et Laurent Gervereau en 2022 a été l’occasion de réfléchir publiquement sur ce support en pleines transformations et plus largement à notre rapport aux écrans. L’exceptionnelle donation d’oeuvres de Jean Dobritz (de magnifiques aquarelles sur papier Arches, qui avaient été publiées dans Télé 7 Jours de 2000 à 2005), par leur vision critique et poétique, a accompagné tout ce travail consistant à donner des repères et faire de l’éducation aux images (comme l’exposition téléchargeable Les histoires du cinéma de François Albera et Laurent Gervereau, disponible gratuitement sur ce site et sur decryptimages.net avec la Ligue de l’Enseignement)

 

Exposition Marinette Cueco à l’été 2020 à Nuage Vert (l’exposition était sur deux lieux en partenariat avec la Médiathèque Xaintrie-Val’Dordogne : Argentat fête Marinette). Marinette Cueco, très importante artiste travaillant sur le végétal depuis les années 1970 et native d’Argentat-sur-Dordogne, a fait un don significatif d’oeuvres originales à Nuage Vert

 

Nuage Vert, ce sont aussi beaucoup d’événements hors-les-murs pour toutes les générations, comme ici avec la venue de Pierre Villepreux lors d’une journée rugby le 26 septembre 2020 en préparation de l’expo Un rugby des campagnes (ou celle de Catherine Le Forestier le jeudi 16 juillet 2015 à Monceaux-sur-Dordogne avec une troupe de musiciennes et musiciens ou celle du préhistorien Jean Clottes à Hautefage le 18 mai 2019 pour « L’Art dans les villages » ou encore celle de Jean Jouzel, prix Nobel avec le GIEC, le 23 juin 2021)

Nathalie Serrault est venue à l’invitation de Nuage Vert pour parler de son père le 16 novembre 2019. Nuage Vert conserve une collection très complète des affiches originales de films de l’acteur et a été inaugurée l’avenue Michel Serrault en juillet 2022 avec une exposition dans les galeries sous la mairie. Michel Serrault est en effet un des plus grands acteurs français de l’après-guerre, jouant dans tous les registres. Il vit à Argentat de 1939 à 1941. C’est une révélation pour lui, le marquant durant sa vie entière. Là, il découvre la nature : «Argentat, en Corrèze, était une petite ville paradisiaque sur les bords de la Dordogne. J’ai tout de suite aimé cette terre de Corrèze, pas très éloignée de celle de mes ancêtres Serrault (le département du Cantal n’est qu’à une trentaine de kilomètres) (…) Il me manquait les joues rouges dont le 19e arrondissement de Paris n’avait pas favorisé l’apparition, mais qui finirent par exister à force de ramasser du bois, de se baigner dans la Dordogne, d’aller pêcher dans la Maronne, de marcher jusqu’à Beaulieu, Saint-Chamant, les Tours de Merle, et même de traire les vaches, activités qui me plaisaient beaucoup » (extrait de Michel Serrault, … vous avez dit Serrault ? Autobiographie, 2001)

Voici Sandrine Lullie (venue de Toulouse) avec Laurent Gervereau devant l’ancienne bibliothèque –actuels locaux de Nuage Vert– préparant l’exposition ouverte le 19 juillet 2015, qui se réalise grâce à une collecte avec la population : Urbotanique et jardins potentiels. Cette manifestation est la toute première exposition réalisée dans ce lieu par l’équipe des Rencontres-Promenades à l’origine de Nuage Vert. Sandrine Lullie rééditera l’expérience en juillet 2016. En juillet 2017, ce sera l’artiste Marie-Hélène Le Ny présentant une installation photographique : Mes petites madeleines. Les jardins ont une place importante à Nuage Vert avec les maquettes de Jacques Hennequin (le plus important maquettiste de jardins en France avec tous ses dossiers et des dizaines de milliers de photos classées par département)

Un spectacle en pleine forêt à Neuville le vendredi 19 juillet 2019 lors d' »Histoires de Passages… » où l’autrice et les auteurs du Baleinié (le merveilleux « dictionnaire des tracas ») acceptèrent exceptionnellement de venir tous et de faire vivre ce dictionnaire : Christine Murillo, Jean-Claude Leguay, Grégoire Oestermann. Inoubliable !

FJ Ossang, créateur du groupe punk DDP, poète et écrivain, cinéaste inspiré par Burroughs, Lautréamont ou les situs. Il vient en 2022 à « Histoires de Passages… ». C’est un des cinéastes expérimentaux défendus par Nicole Brenez que Nuage Vert aime faire intervenir (Ettrick de  Jacques Perconte en 2018 ou la connivence avec Raphaël Minnesota)

Pierre Bergounioux avec Marinette Cueco le samedi 21 juillet 2018 lors de l’inauguration de l’avenue Henri et Marinette Cueco, après un hommage rendu aux deux artistes par Pascal Ory, fidèle acteur des Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… ». Pierre Bergounioux a été grand prix de la langue française en 2021. Il fit l’honneur à Nuage Vert de participer à plusieurs éditions des Rencontres-Promenades pour les joutes poétiques ou pour ouvrir l’édition de 2021. En 2022, il offrit une cinquantaine de ses photographies originales sur la Corrèze et deux textes inédits constituant l’ouvrage publié par Nuage Vert : Une Corrèze sans images. Nuage Vert lui est infiniment reconnaissant de sa fidélité et de sa générosité

Pierre Michon en pleine dédicace à Nuage Vert lors d’une visite dans la Creuse après un légendaire plat de tripes le mardi 30 novembre 2021

Nuage Vert conserve des documents rares comme cette revue mythique (pacifiste et dystopique) de 1927 Les Derniers Jours de Pierre Drieu La Rochelle et Emmanuel Berl. Emmanuel Berl, juif comme son épouse Mireille, se réfugie pendant la guerre à Argentat

Alexis Nouailhat, aquarelliste naturaliste, passionné d’ornithologie, à la fois grand paysagiste et croqueur d’animaux comme Rabier ou Macherot, fin observateur, a donné un fonds de référence à Nuage Vert (aquarelles mais aussi ses travaux anciens, ses affiches, cartes postales, livres…). Voilà un des fonds artistiques importants de Nuage Vert, comme les peintures de Guy Bodson, celles de René Moreu, les dessins de Dobritz, les photographies de Christelle Westphal, Pierre Collombert ou André Chabot, les estampes et affiches de Michel Granger, les sculptures de Jean-Claude Biraben et celles de Gabriel Audebert, les maquettes de jardins de Jacques Hennequin… Nuage Vert a aussi choisi d’explorer les chemins de traverse et de valoriser des personnalités singulières

Après les manifestations d’urbotanique par Sandrine Lullie et de Marie-Hélène Le Ny de 2015 à 2017, voici la première exposition thématique ouverte en juillet 2018 dans les locaux de Nuage Vert avec l’aide du scénographe François Payet sur un sujet qui a attiré les classes, les familles et aussi des publics spécifiques (maisons de retraite, public handicapé) : MANGER. Nourriture, gastronomie, santé en Corrèze et ailleurs. En partenariat avec le Musée du Vivant – AgroParisTech et grâce au rassemblement d’objets de la vie quotidienne, de pièces de la pop culture depuis le XIXe siècle, de travaux d’artistes rares. Des thèmes forts de la biodiversité et de la culturodiversité sont ainsi mis en valeur en montrant leur histoire, l’imprégnation dans toutes les formes d’expression, chez les créatrices et créateurs et dans la vie quotidienne de chacune et chacun (avec tant d’autres sujets, dont bien sûr des thèmes comparatistes locaux-globaux) : les arbres, cabanes célèbres ou non, pommes et autres fruits oubliés, Dobritz et les médias, les plaques mortuaires en Limousin et à travers la planète (fonds Chabot), la marche, l’art vu par Bodson, la flore rurale des bords de routes, Signes de l’île de Pâques et signes d’ici, le Moyen-Age trahi par la pop culture, les champignons, architectures mobiles, papas et patates, les virus, les jardins visions du monde, les oiseaux de Nouailhat, passions d’insectes de Latreille à Lesbordes, Michel Serrault 50 ans de cinéma, Saint-Simoniens et l’utopie des transports au XIXe siècle, images secrètes et appareils des amatrices et amateurs, les dystopies dans la littérature populaire et au cinéma, le rugby des campagnes,  le loup…

Dans ce domaine, le très grand muséologue et muséographe –créateur de manifestations qui ont marqué comme Les Magiciens de la Terre– Jean-Hubert Martin, a accepté de venir à Argentat-sur-Dordogne pour traiter de : « Ça veut dire quoi accrocher une exposition ? »

Voici une expo fantôme, une expo fracassée par le confinement du COVID de 2020. A Nuage Vert et à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne, BORIS VIAN, DE LA ‘PATAPHYSIQUE A LA SCIENCE-FICTION (7 mars au 23 mai 2020) a permis de montrer des oeuvres et documents précieux (vous voyez ici deux toiles de Guy Bodson sur Jarry et Ubu, la trottinette de Biraben et la sculpture de Guénolé Azerthiope devant le dessin original de Willem servant pour un poster) dans une manifestation de résistance qui a vécu grâce à ses vidéos et l’ouverture de sa librairie. L’album d’artiste édité par Rougerie en Limousin Cantilènes en gelée (1949) a fait l’objet d’une installation sur un mur entier

Cinq des six toiles peintes par Boris Vian venues grâce à Nicole Bertolt de l’appartement de Boris cité Véron à la médiathèque dans BORIS VIAN, DE LA ‘PATAPHYSIQUE A LA SCIENCE-FICTION (c’est la première fois qu’elles étaient rassemblées). L’épouse de Raymond Queneau (Janine Kahn) s’est réfugiée en Limousin pendant la guerre (à Saint-Léonard-de-Noblat) et le rôle de Queneau avec le Limougeaud Georges-Emmanuel Clancier sera important dans la publication de Vian chez Rougerie. Plus tard, comme l’a signalé Marcel Benabou, Clancier a un rôle clé dans la tenue du colloque Queneau à Cerisy-la-Salle en 1960, qui conduira à la création de l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle, conçu par Queneau et François Le Lionnais) : Raymond Queneau. Une nouvelle défense et illustration de la langue française, colloque dirigé par Georges-Emmanuel Clancier et Jean Lescure du 1er au 11 septembre 1960. Laurent Gervereau consacre un long-métrage Politically InKorect ! (2013) à Noël Arnaud, avec un entretien inédit à Penne-du-Tarn. Noël Arnaud contribua dans les années 1960 à sortir ou ressortir les oeuvres de Boris Vian, faisant connaître des romans comme L’Ecume des jours qui avaient été pilonnés faute de succès. Il a présidé l’OuLiPo

UNE TOILE POUR L’UKRAINE EN MARS 2022 POUR UN MUSEE-FORUM
Lundi 7 mars 2022 au matin, Nuage Vert visite à Paella? (ou Paella ou Paella Chimicos, de son vrai nom Michel Palacios) dans ce lieu incroyable que sont les Frigos dans le 13e arrondissement (un lieu industriel investi par les artistes où les wagons de train étaient garés sur plusieurs étages avec leurs marchandises).
Paella est un street artiste historique issu de la figuration narrative (comme Basquiat, Keith Haring, Combas, Di Rosa ou Boisrond). Il entre aux Frigos en 1985 et intervient dans la ville avec des petits autocollants ironiques. C’est un chroniqueur philosophique du temps et du hors-temps. Sa démarche est sincère, constante, courageuse. Il place un personnage sans visage, qui est son double et le double de chacune et chacun de nous, avec des maximes.
Modeste et malicieux, la tête volontiers baissée et penchée (il échappe aux photographies) et la voix chuchotante, il nous a dévoilé une toile finie dans la nuit de dimanche à lundi (7 mars), en plein au milieu des événements ukrainiens, terminée à 5h30 du matin : PLUS HUMAIN QU’HIER, MOINS QUE DEMAIN.
Voilà une composition puissante et troublante qui nous parle de la folie humaine, autodestructrice, cruelle. Il a construit ces groupes sur un fond d’un jaune sali et de bleu. Plusieurs phrases nous font pénétrer un abîme en perspective : « Il n’y a pas de raison qui tienne. Il y a la nature des hommes » / « Ils prendront soin d’éviter la fréquentation des témoins de leurs petites lâchetés » / « Il leur faudra aller chercher ce qu’ils auraient tant aimé voir venir » / « On a l’impression d’avancer mais c’est la planète qui tourne ».
La toile grand format est peinte à l’acrylique. Nous la montrons ici virtuellement et le ferons physiquement.
MERCI PAELLA POUR CETTE OEUVRE FORTE QUI NOUS FAIT REFLECHIR DANS CETTE ACTUALITE UKRAINIENNE TERRIBLE. MERCI POUR LE DON DE TOUS CES PETITS AUTOCOLLANTS DESSINES ET ECRITS QUE TU SEMES ET COLLES DANS LES VILLES, SORTE DE CHRONIQUE VISUELLE DE LA VIE DE CHACUNE ET CHACUN, TEL UN LA ROCHEFOUCAULD URBAIN. Paella? est un Nicolas Poussin accusateur des massacres réalisés matériellement et dans nos têtes. Nuage Vert s’affirme ainsi comme un MUSEE-FORUM, un musée réactif qui participe à la vie de la cité en formant un lieu d’échanges et Paella? nous honore par cet acte visuel puissant et généreux.
 

Le nain de jardin bétonné est une sculpture de Plonk & Replonk. Comme leurs cartes postales et livres venus de Suisse (La Chaux-de-Fonds), elle fait partie des collections de Nuage Vert après une exposition remarquée et la présence réjouissante d’Hubert en juillet 2018 puis la révélation d’une toile à Reygades en juillet 2019 et des images sur le virus en 2020. Un exemple d’humour, de fantaisie et d’amitiés fidèles qui jalonnent les Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » et les activités de Nuage Vert et leur donne imagination et motivations !

 

Autre exemple d’activités hors-les-murs sur un site industriel : la journée du 3 mai 2019 au barrage de l’Aigle. Préparée avec les équipes d’EDF, l’expo sur structures mobiles avec des pièces originales a permis de montrer en avant première quelques raretés de l’expo LUMIERE D’ETE, PREVERT ET LE CINEMA, film qui a été tourné pendant la guerre justement sur ce barrage en construction, haut lieu de la Résistance et lié à beaucoup d’étrangers réfugiés. Le personnel du barrage a pu ainsi bénéficier d’une restitution sur l’histoire du lieu en liaison avec une association mémorielle locale et des scolaires des villages alentour

 

 

A travers la BIOCULTURE, valoriser le territoire et éduquer à l’environnement, priorité civique à tout âge au XXIe siècle

Les activités d’un lieu comme celui-là doivent être incessantes à moindres coûts pour toucher des publics très diversifiés in situ et hors les murs. Le grand défaut de beaucoup d’institutions est d’avoir des parcours figés avec juste quelques grandes opérations coûteuses. Il faut faire l’inverse : être un lieu de rencontres, un lieu d’animations, un lieu qui combine petites expositions faciles à mettre en œuvre (FOCUS) et d’autres plus ambitieuses et plus longues. Il faut aussi être la carte d’un territoire en ouvrant sur des moments de découverte fréquents.

Tous les publics doivent être concernés : les associations et entreprises au long de l’année, les touristes, la pédagogie à tout âge. La pédagogie à tout âge tient évidemment une place importante grâce au LabSav (Laboratoire des Savoirs lié aux savantes et savants du conseil scientifique) qui permet de donner des notions de base sur la biodiversité locale et l’histoire environnementale en général pour tous les âges sur place (et avec des circuits commentés), en vallée de la Dordogne et par des animations et tv en ligne sur le Net faisant référence. Il s’agit d’une fidélisation et de services utiles en lien avec tous les partenaires locaux (et au-delà) : écoles élémentaires, maternelles, centres de loisirs, collèges, lycées, associations locales, médiathèques, EPHAD, centres pour les handicapés, autres musées…

De plus, le soutien à des axes de développement local est facilité par différentes rencontres (et des promenades !) sur plusieurs axes privilégiés : agriculture et agroalimentaire de qualité ; tourisme raisonné et associations valorisant le territoire ; entreprises innovantes grâce aux nouvelles technologies. Présentations de produits, animations liées à l’activité d’associations ou événements sportifs (comme Dordogne intégrale ou le X Trail européen), valorisation spécifique sur l’environnement terrestre et de rivière avec des séjours touristiques ciblés, le champ est vaste pour faire du lieu un lieu d’événements successifs intéressant des publics locaux qui se l’approprient et s’y sentent chez elles et chez eux (possibilité de restauration, de goûters d’anniversaire…) et de personnes qui viennent spécifiquement pour le découvrir et découvrir le pays (balades de découverte nature, stages de pêche respectueuse de l’environnement…). Nuage Vert est un outil, un outil polyvalent d’actions dans la ruralité.

Fédérer, attirer au pays d’Argentat-sur-Dordogne et en Corrèze et en Vallée de la Dordogne, jouer la carte du travail en réseau localement, nationalement et internationalement.

 

Le siège de Nuage Vert dans le jardin public d’Argentat-sur-Dordogne en juillet 2019 lors de l’installation du kokedama géant végétal en forme de nuage vert par Sinono et Naja Bendix

 

 

Une pièce exceptionnelle a été donnée aux collections de Nuage Vert : un plan unique manuscrit de la Dordogne dessiné à l’encre et à la plume et colorié à la main en 1726 (sous Louis XV), réalisé pour le Marquis de Brancas. Ayant transité par l’Allemagne, cette pièce rarissime se déplie sur 2,70 mètres… Elle décrit tout le cours de la Dordogne après le Mont d’Or au niveau du Pont d’Arpia jusqu’à Blaye. Elle est réalisée avec des échelles différentes en privilégiant la haute Dordogne à partir de Beaulieu et rend compte de localités disparues. C’est passionnant dans le détail.

 

Voici (en haut) une gravure montrant une « Fête Moyen-Age chez Pierre Loti » en 1888 et un manga japonais Full Metal Alchemist de 2021. Ces images semblent sans rapport avec le territoire et pourtant la présence d’un site majeur du Moyen Age —les Tours de Merle en Xaintrie— explique tout le travail réalisé en 2022 pour les 2 expositions et le livre autour de FAKE MOYEN AGE. Car c’est bien la réinvention du Moyen Age au XIXe siècle par Walter Scott ou Victor Hugo ou Viollet-le-Duc ou dans les galeries du musée d’histoire de france à Versailles qui nourrit aussi bien les spectacles historiques (Puy du Fou), la science-fiction (Star Wars), les dessins animés (Blanche-Neige ou Merlin l’Enchanteur), l’heroic fantasy (Game of Thrones et Jean-Luc Marcastel est venu le 14 mai 2022 avec son héros jeunesse Louis Le Galoup) ou la fantasy (Seigneur des Anneaux et Hobbit) et ces mangas japonais imprégnés d’un mix culturel mêlant chevaliers européens et culture samouraï. Voilà donc une façon, à travers les collections de Nuage Vert, d’animer un site historique pour tous les publics et de penser à la fois à ce qui était vraiment vécu au Moyen Age et à une culture populaire très récente (jeux vidéos). Notons que dans cette exposition le parti-pris a été ludique avec un jeu « vrai-faux » et que des vidéos accessibles sur portable (avec des QR codes) l’ont jalonnée comme autre manière de la percevoir. Parallèlement, celle des « Nuages de Serge » se pratiquait dans le noir et la solitude avec une lampe de poche pour que chacune et chacun s’invente son expo (« immersif » est devenu le mot banal de toutes ces expérimentations pour un autre rapport au musée et à ses manifestations –ludique et pédagogique et émouvant dans le meilleur des cas). Dans le cas de LA MORT DE LA TELEVISION à travers les dessins de Dobritz, de façon collaborative et joyeuse, ce sont les habitantes et habitants d’Argentat-sur-Dordogne qui ont choisi les dessins et organisé l’accrochage.

Affiche créée par Alain Le Quernec en mars 2021 pour LA FIN DU MONDE NE DATE PAS D’AUJOURD’HUI. Balade entre films et pop culture dystopiques. Elle est significative du travail constant réalisé avec des artistes et des graphistes (« Le réveil des villages » avec Michel Bouvet en 2019, par exemple). Elle est significative aussi de la fonction de « musée-forum », de « musédia », musée dans et avec les médias qui fait lieu d’échanges, comme lorsque a été ouverte le 16 mai 2020, juste à la sortie du premier confinement : MONTRER L’INVISIBLE. Ca ressemble à quoi un virus ?

 

Cette émouvante sculpture inspirée d’un autoportrait de Vincent van Gogh est de Gabriel Audebert (né le 29 août 1924 et décédé le 29 mars 2007). Elle est l’illustration du travail de préservation patrimoniale locale de Nuage Vert. Les Audebert sont une famille ancienne de Pleaux en Xaintrie. Gabriel a réalisé toute sa carrière à Paris comme coiffeur dans le 5e arrondissement, d’abord rue de la Huchette puis au 88 boulevard Saint-Germain (mais il garde sa maison familiale à Pleaux où revient souvent et finit sa vie). Parallèlement, il décide de réaliser des sculptures dans une technique mariant bois et papier mâché peint. L’ensemble le plus important a été donné à Nuage Vert le 9 avril 2021 alors que sa maison de Pleaux était vendue après son décès. Plus de 60 sculptures illustrent ainsi l’art (Modigliani, van Gogh, Picasso…), le monde politique français (de Gaulle, Chirac, Mitterrand, Giscard d’Estaing…), la faune (hiboux, bélier, taureau…) ou des anonymes au style art déco. C’est une vraie oeuvre qui peut se rattacher à l’art brut. Elle est singulière car elle marie l’élégance de la ligne, issue probablement de la coiffure, à des êtres mi-féminins mi-masculins et à l’expression du rêve et des angoisses de différents personnages aux yeux souvent asymétriques. Marc Décimo, qui dirige le département histoire des arts de l’université Paris-Nanterre, a conçu un livre publié par Nuage Vert et une exposition en juillet 2022

 

ANNEXE

 
La recherche d’une diversification des publics
 
 
Une des structures mobiles de Nuage vert permettant de présenter des oeuvres originales hors-les-murs au sein d’événements populaires (fêtes, marchés, sports, concerts…). Ici, le jeudi au marché d’Argentat-sur-Dordogne avant un moment apéritif convivial

Les modes d’intervention sont divers. Pour ce qui concerne les micro-expositions dans l’espace public, voici un autre exemple le 22 septembre 2018 au stade d’Argentat-sur-Dordogne pour le X-Trail avec une structure mobile ici en train d’être mise en place, où sont présentées des pièces originales et un dispositif vidéo autour du thème « Ça vous chatouille ou ça vous grattouille ? », phrase célèbre dite par Louis Jouvet dans Knock. Knock ou le Triomphe de la médecine est en effet une pîèce de théâtre de Jules Romains jouée et mise en scène par Louis Jouvet à partir de 1923. Cette vision critique d’une médecine gagnée par la publicité et la rentabilité eut un très grand succès et devint un film en 1925, tourné à Uzerche en Corrèze. Le père de Louis Jouvet est corrézien, de Brive-la-Gaillarde, et Louis Jouvet joue le docteur Knock dans le film de 1933 tourné aussi en Corrèze, puis dans celui de 1951 (dont Nuage Vert conserve l’affiche originale). Il s’agit d’une réflexion comique intemporelle sur la manipulation. Knock affirme : « Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent ! »
 
 
 
Nuage Vert est un musée mobile car son but est de d’intervenir dans la vie quotidienne des populations : fête de la soupe, X-Trail, Dordogne intégrale, salon du livre, journée des potiers, marché de Noël…
 
La création d’événements lors des expositions (comme sur la mémoire familiale de l’immigration espagnole) complète une politique de diversification : mêler histoire de l’art et gastronomie, environnement et musique. Ainsi, Nuage Vert touche des tranches d’âge variées (depuis les scolaires jusqu’aux retraités) et des milieux sociaux divers. Nuage Vert porte une attention particulière aux handicapés (l’exposition Voir / ne pas voir les handicaps prêtée à Rilhac-Xaintrie et le travail avec le centre occupationnel des 3 Chênes).
 
Nuage Vert, c’est aussi une volonté de coopérer avec les autres associations ; SEVAD et Philippe Marchegay, la Dordogne de Villages en Barrages, l’Association Moncelloise Animations Communes (AMAC) pour « L’art dans les villages », le partenariat avec Des lendemains qui chantent, les coopérations lors de concerts du conservatoire ou de spectacles de théâtre, la participation au criterium cycliste…
 
Nuage Vert, c’est enfin la diffusion sur le Net (notamment les expos gratuites téléchargeables) et la participation à des opérations nationales et internationales : Rendez-Vous aux jardins, Journées européennes du patrimoine, commémoration nationale Boris Vian, année de la bande dessinée…
 
La volonté mise en pratique de Nuage Vert est donc la mobilité et l’ouverture aux autres en créant du lien.
 
 
 
L’Aile de la Bioculture —architecture autonome en matériaux locaux–, un des projets avec l’espace-jardin flottant et l’hôtel-montgolfière développés par Etienne Feher (ABF-lab) qui a exposé en 2016 à la Médiathèque (« Changer les campagnes pour changer les villes ») et fait l’affiche d’Histoires de Passages. Tout cela fonctionne dans l’esprit participatif d’Earthships autonomes et évolutifs
 
Hôtel-dirigeable à Argentat-sur-Dordogne. Ce projet d’Etienne Feher (ABF-lab) est destiné à permettre un survol éco-responsable de la vallée de la Dordogne, tout en permettant des haltes locales respectueuses des sites et des populations
 
Péniche-jardins collaboratifs de permaculture sur les quais d’Argentat-sur-Dordogne. Lieu polyvalent et évolutif en fonction des besoins (concerts, visites, rencontres, séjours…) par Etienne Feher (ABF-lab)