RENE MOREU ENTRE A NUAGE VERT !

Hier, mardi 15 mars 2022, nous avons eu le plaisir d’accueillir la totalité de la donation de Catherine Laporte-Moreu concernant l’oeuvre de son mari René Moreu. Il s’agit d’une donation importante pour Nuage Vert. Nous avons déjà parlé de lui sur ce site (et il est présent dans la partie sur « les collections »). Il s’agit de 125 peintures  et 50 dessins sur toute sa carrière avec photos, livres, affiches, documentation. Voilà qui nous réjouit. En 2024, nous aurons à l’été deux expositions (médiathèque et Nuage Vert) pour lui rendre hommage. Il le mérite. C’est vraiment un auteur puissant et singulier ! Dont tout le travail est consacré à la nature

Voilà la camionnette en cours de chargement à Vayrac (merci Jean-François et merci Catherine et merci Céline et merci Alexandra !)

 

 

DEMASQUES !

Eh oui, nous nous verrons à visages découverts samedi prochain (le 19 mars) !
 
Deux invités prestigieux nous font l’amitié de venir de Montpellier (Christian Amalvi, qui a notamment écrit sur les héros de l’Histoire de France) et de Reims (Yohann Chanoir, secrétaire de rédaction de la revue Historiens et Géographes)
– 10h rendez-vous à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne
– 11h rendez-vous à Nuage Vert (dans le jardin public) pour un échange autour du thème « Le Moyen Age entre mensonges et excès de fascination »
– vers 15h30 nos historiens visiteront les Tours de Merle
 
J’en profite pour vous joindre le programme des animations que nous réalisons autour des 2 expos à la médiathèque et à Nuage Vert, en partenariat avec les Tours de Merle
 
 

UNE TOILE POUR L’UKRAINE EN MARS 2022 DANS UN MUSEE-FORUM


Lundi 7 mars 2022 au matin, Nuage Vert visite à Paella? (ou Paella ou Paella Chimicos, de son vrai nom Michel Palacios) dans ce lieu incroyable que sont les Frigos dans le 13e arrondissement (un lieu industriel investi par les artistes où les wagons de train étaient garés sur plusieurs étages avec leurs marchandises).
Paella est un street artiste historique issu de la figuration narrative (comme Basquiat, Keith Haring, Combas, Di Rosa ou Boisrond). Il entre aux Frigos en 1985 et intervient dans la ville avec des petits autocollants ironiques. C’est un chroniqueur philosophique du temps et du hors-temps. Sa démarche est sincère, constante, courageuse. Il place un personnage sans visage, qui est son double et le double de chacune et chacun de nous, avec des maximes.

Restons quelques instants –même si aujourd’hui il faut aboyer un slogan avec une colère feinte en 2 lignes pour « communiquer »– sur cette absence de visage. Elle est au-delà de la question du vide ou de l’universel. Paella est sans nom et sans visage, capitaine Nemo de l’Art. Il combat surtout cette nécessité impérieuse de faire image de marque pour les artistes, de se raconter, d’explorer publiquement son nombril (le vomissement autobiographique des influenceuses). Faire croire que vivre en double écran est exister. Paella inexiste. Paella a le courage de n’être rien, un étron sur un visage, un nez en bite gidouillée. Il déjoue les pièges du marketing, de l’injonction à paraître. Cela devient du courage de ne pas se vendre, tout en voulant faire création publique dans l’espace public (la rue) et vivre –modestement– de cette création. Paella est un Kafka visuel et ainsi la portée de ses visions va au-delà de la question du brio de la représentation.

Modeste et malicieux, la tête volontiers baissée et penchée (il échappe aux photographies) et la voix chuchotante, il nous a dévoilé une toile finie dans la nuit de dimanche à lundi (7 mars), en plein au milieu des événements ukrainiens, terminée à 5h30 du matin : PLUS HUMAIN QU’HIER, MOINS QUE DEMAIN.
Voilà une composition puissante et troublante qui nous parle de la folie humaine, autodestructrice, cruelle. Il a construit ces groupes sur un fond d’un jaune sali et de bleu. Plusieurs phrases nous font pénétrer un abîme en perspective : « Il n’y a pas de raison qui tienne. Il y a la nature des hommes » / « Ils prendront soin d’éviter la fréquentation des témoins de leurs petites lâchetés » / « Il leur faudra aller chercher ce qu’ils auraient tant aimé voir venir » / « On a l’impression d’avancer mais c’est la planète qui tourne ».

La toile grand format est peinte à l’acrylique. Nous la montrons ici virtuellement et le ferons physiquement le samedi 2 avril à 11h lors de l’ouverture de l’exposition sur LA FIN DE LA TELEVISION (une analyse des médias à travers les dessins de Dobritz). Venez nombreuses et nombreux !
MERCI PAELLA POUR CETTE OEUVRE FORTE QUI NOUS FAIT REFLECHIR DANS CETTE ACTUALITE UKRAINIENNE TERRIBLE. MERCI POUR LE DON DE TOUS CES PETITS PAPILLONS DESSINES ET ECRITS QUE TU SEMES ET COLLES DANS LES VILLES, SORTE DE CHRONIQUE VISUELLE DE LA VIE DE CHACUNE ET CHACUN, TEL UN LA ROCHEFOUCAULD URBAIN. Paella? est un Nicolas Poussin accusateur des massacres réalisés matériellement et dans nos têtes. Nuage Vert s’affirme ainsi comme un MUSEE-FORUM, un musée réactif qui participe à la vie de la cité en formant un lieu d’échanges et Paella? nous honore par cet acte visuel puissant et généreux.

RENE MOREU : UNE VIE DE CREATIONS ET DE RESISTANCE

 
René Moreu à Vayrac en 2011
 
René Moreu a disparu quasi centenaire en 2020. Vous ne le connaissez pas car il fait partie des icebergs de la notoriété : des personnages très importants qui sont restés à l’abri ou honteusement occultés par le fracas des obscénités médiatiques.
 
René Moreu est pourtant important à plus d’un titre. Il est jeune résistant pendant la guerre et, proche des communistes, crée les éditions Vaillant au sortir de celle-ci. C’est lui qui anime ce qui deviendra le fameux journal Pif, qui engage des Gotlib, Mandryka, Hugo Pratt débutants et porte avec Lécureux (Rahan) ou Arnal républicain espagnol déporté à Mauthausen (Placid et Muzo) un lieu de liberté et d’inventivité des comics à la française. Il dessine pour Riquiqui et fait des illustrations d’albums pour enfants, comme celles de l’album de l’ethnologue Alain Gheerbrant sur les peuples d’Amazonie.
 
MAIS C’EST AUSSI UN RESISTANT DU REGARD. Quelqu’un qui a lutté toute sa vie contre la cécité. Et qui développe une oeuvre peinte puissante, variée, par séries. Il expose avec Picasso et Miro. Parallèlement à son activité de rédacteur en chef et de dessinateur pour la jeunesse, il explore le visuel dans des compositions TOUTES AXEES SUR LA NATURE. Moreu est un défenseur indéfectible de la biodiversité, de l’environnement, qui vit en Picardie très isolé à la campagne et termine son existence en regardant son jardin de VAYRAC dans le Lot proche d’Argentat.
 
La présidence de la République a publié un long communiqué le 18 mai 2020 après sa dispartion pour lui rendre officiellement hommage : « L’ancien résistant, peintre et illustrateur René Moreu nous a quittés. Son nom reste indissociable de celui des éditions jeunesse Vaillant et de livres pour enfants qui ont bercé des générations (…) Le Président de la République salue l’engagement de l’homme et le talent de l’artiste (…) »
 
Ce créateur mérite de grandes rétrospectives. Il est maintenant dans des musées importants avec le Musée du Vivant à Paris, le Musée de la Création Franche à Bègles près de Bordeaux, la Collection de l’Art Brut à Lausanne et depuis peu au LAM (musée d’art moderne de Villeneuve d’Ascq près de Lille).
 
NUAGE VERT A LA JOIE DE VOUS ANNONCER QUE DESORMAIS UNE TRES IMPORTANTE DONATION A ETE REALISEE. Elle permettra de faire une exposition d’hommage à l’été 2024 qui pourra itinérer. Cela s’est fait grâce à son épouse Catherine Laporte-Moreu qui a réalisé un travail considérable d’inventaire de son oeuvre artistique (visible sur le site renemoreu.fr en se promenant dans le menu en haut à gauche). Vous la voyez avec Alexandra Duchêne à la manoeuvre pour déplacer les peintures de la donation ou chercher la documentation.
 
Que Catherine soit remerciée immensément. VOUS CONTINUEREZ A ENTENDRE PARLER DE RENE MOREU car cet artiste très singulier par son parcours et ses créations, très attachant par sa personnalité discrète et subtile, mérite vraiment d’être mis à l’honneur !
Catherine Laporte-Moreu dans l’atelier de Vayrac le 8 février 2022 sortant les oeuvres de la donation
Catherine Laporte-Moreu et Alexandra Duchêne le 8 février 2022 lors de la donation à Vayrac

C’EST PRECIEUX : HISTOIRES DE MIGRATIONS

 
Jeudi dernier, Nuage Vert a eu la très heureuse surprise d’une belle donation d’une habitante de Saint-Bonnet-Elvert. Il s’agit de correspondances sauvées des années 1920. Elles racontent les migrations liées au commerce du vin, notamment à partir de Saint-Chamant. Voilà qui complète nos collections sur des thèmes que nous continuerons de traiter après le livre d’Alexandra Duchêne : l’histoire de ce pays est aussi une histoire de personnes qui partent et d’autres qui viennent, une histoire d’échanges commerciaux comme de manières de vivre.
 
L’exposition sur la guerre d’Espagne en janvier 2019 nous avait appris que, rien qu’en 1939, 9000 Espagnols se sont réfugiés en Limousin. Et nous avions eu ce formidable samedi matin avec des témoignages de Jean et d’autres habitantes et habitants de ce pays qui ont partagé leurs histoires.
 
Muriel Paucard et Alexandra Duchêne vont bientôt nous parler des marches le long de la Dordogne (exposition « LA MARCHE, UNE FACON DE PENSER » inaugurée le 2 juillet avec Antoine de Baecque). Et nous ferons dans les années à venir une manifestation : MIGRANTS CORREZIENS, qui montrera sur la longue durée l’importance des mouvements de populations.
 
Merci pour cette précieuse donation, qui en annonce sûrement d’autres…

UNE EXPERIENCE UNIQUE SAMEDI 29 JANVIER 2022 à 11h (et jusqu’en mars)

D’abord merci encore pour votre venue à FAKE MOYEN AGE !. Cela nous a fait très plaisir de se retrouver dans cette expo innovante avec un livre important (28 articles inédits et déjà on en parle aux Etats-Unis : https://modlangs.gatech.edu/…/lostec-author-essay…). L’expo est visible jusqu’en juin et le second volet est inauguré à la médiathèque Xaintrie Val’Dordogne le samedi 12 février à 11h (bienvenue !).
 
AVANT, SAMEDI PROCHAIN 29 JANVIER A 11h, VENEZ VIVRE UNE EXPERIENCE UNIQUE : Serge Kantorowicz sera présent (il vient spécialement de Paris) pour inaugurer son installation immersive (c’est le mot à la mode !) de 15 peintures de nuages. Cela se découvre individuellement dans un dispositif où vous êtes actrice et acteur de l’exposition. C’est gratuit !
 
Elle est accompagnée d’un livre très exceptionnel avec des textes inédits de l’écrivain Hubert Haddad sur Kantorowicz et les nuages, du prix Nobel avec le GIEC Jean Jouzel, du glaciologue spécialiste de l’histoire du climat Jean-Robert Petit et de Raoul Vaneigem –qui a fait partie avec Guy Debord de l’Internationale situationniste et a publié en 1967 Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations– avec une contribution sur « L’écologisme tue l’écologie ».
 
Nous avons mis un prix modique pour ce livre (13,50 euros pour la version papier, reliée en couleur, livrée à domicile et de 8 euros en version électronique) achetable par carte bancaire sur lulu.com :https://www.lulu.com/…/hardcover/product-ne4p66.html…
 
Ne ratez pas cet événement !

CONTINUONS A AGIR EN 2022 !

Nuage Vert, vous le savez, a décidé, dès les premiers événements sanitaires en 2020, de continuer à agir (en ouvrant notamment au premier déconfinement le 16 mai 2020 une exposition et en publiant un livre sur : « MONTRER L’INVISIBLE. Ça ressemble à quoi un virus ?« ).
 
Nous continuerons en 2022. Aidez-nous par vos cotisations et vos dons et vos présences !
 
Voici le rappel des premiers rendez-vous en janvier 2022 :
 
– le samedi 15 janvier à 11h nous inaugurons l’exposition « FAKE MOYEN AGE ou comment le Moyen Age est imaginé à travers les films, la bande dessinée, les jeux vidéos, la pop culture…« 
La médiathèque Xaintrie Val’Dordogne inaugurera début février l’autre volet de l’exposition
Un livre important paraît à cette occasion avec 28 articles inédits (sommaire joint), disponible à l’achat le 15 janvier sur lulu.com en version papier ou électronique
Et nous annoncerons comme chaque année les prix Artemisia consacrant les autrices de bandes dessinées
 
– (nous signalons pour les Parisiennes et Parisiens ou les personnes de passage) Marc Dufumier et Laurent Gervereau dédicacent à la librairie Utopia (1 rue Frédéric Sauton, 75005 Paris) le jeudi 20 janvier à 18h leur livre Pour une conscience terriste
 
– le samedi 29 janvier à 11h nous inaugurons l’exposition immersive (c’est le mot à la mode…)  Les Nuages de Serge. Elle comporte 15 peintures de nuages créées et offertes par Serge Kantorowicz à Nuage Vert installées dans une salle close particulière pour des visites solitaires et rêveuses. Un livre très singulier et exceptionnel paraît avec des textes inédits de l’écrivain Hubert Haddad sur les nuages et Serge Kantorowicz, de Jean Jouzel, prix Nobel avec le GIEC, sur le climat et le GIEC, de Jean-Robert Petit sur la glaciologie et l’histoire du climat, de Raoul Vaneigem (membre de l’Internationale situationniste et auteur notamment du Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations en 1967) sur « L’écologisme tue l’écologie ».
 
A bientôt quoi qu’il arrive, soit physiquement, soit par le biais d’images et de livres !
 
 

DIANE DE BOURNAZEL

 
Il s’en passe des choses en cette fin d’année… Vendredi 26 novembre, visite de l’équipe de Nuage Vert à Diane de Bournazel dans la maison corrézienne où elle vit à Marliac près de Saint-Salvadour.
 
Nous l’avons connue grâce à Roger Roques, qui nous a aussi fait découvrir le sculpteur Biraben avec une superbe donation (merci Roger !).
 
Diane de Bournazel est une artiste originale, importante. Elle réalise des oeuvres sur différents supports. La voici dans son atelier. C’est notamment une créatrice de merveilleux livres uniques. Elle compose aussi des illustrations pour la jeunesse mais aussi pour adultes.
 
C’est une personne indépendante qui expérimente. La journée passée avec elle a été très forte, qui ne s’oubliera pas. Et elle prête une très belle oeuvre que nous verrons de janvier à juin dans l’exposition sur le Moyen Age. Et elle a donné à Nuage Vert une boite avec des éléments découpés et des jeux sur des plans différents : « Forêt vierge », réalisée en 2021 avec l’aide à la mise en boîte de l’artiste Guy Emery (merci à lui !). Nous la montrerons en 2023, où nous insisterons sur la « vie végétale », dans une installation permettant de la découvrir à la lumière de son portable dans le noir car cette oeuvre est une forêt mystérieuse qui change totalement suivant la manière dont elle est éclairée.
 
Nous avons décidément beaucoup de chance et continuerons sur la longue durée à montrer cette artiste singulière et sympathique et très talentueuse !

MYCOFOLIE

Nouveaux regards sur les champignons !

Le vivant occupe une place minoritaire de la masse terrestre. Dans la biomasse terrestre, les champignons pèsent six fois plus (12 gigatonnes) que tous les animaux réunis.Voilà qui concerne directement la Corrèze, terre de champignons, dont le cèpe est l’emblème. Mais ne pensons pas aux seuls champignons visibles et comestibles. En Haute-Loire, à Saint-Bonnet-le-Froid, village battu l’hiver par la burle, qui est devenu un repaire gastronomique, est lancé SYLVALLIA, une initiative de l’innovation fongique du XXIe siècle (dont le journal Le Monde a rendu compte les 21-22 novembre 2021). Car le champignon n’est pas juste comestible (qui peut nourrir massivement), il nettoie, sert à bâtir des maisons, peut remplacer les plastiques sans occuper de terres arables…

Nuage Vert a rassemblé des collections (planches, sculptures, photographies, oeuvres d’artistes, documents sur le mycologue pionnier de l’écologie et de la défense de la biodiversité Roger Heim…) concernant les champignons, qui ont occupé déjà une séance des Rencontres-Promenades « Histoires de Passages… » avec Benoît Peyre et l’intervention artistique de Sinono et Naja Bendix en 2018 à Saint-Privat. Profitons de ce marronnier mycologique et de cette belle initiative des plateaux ardéchois (avec laquelle il faudra travailler car l’innovation mycologique est passionnante) pour annoncer notre actualité champi-passionnée de 2022 :

MYCOFOLIE
22 octobre 2022 à Argentat-sur-Dordogne
 
– Une exposition de Louis Rollinde à la chapelle Jeanne d’Arc :
La métamorphose des champignons
 
– intervention du spécialiste international Marc-André Selosse (Muséum National d’Histoire Naturelle)
 
– des animations autour de la Champi-passion avec Benoît Peyre et Philippe Marchegay
 
– une initiative gastronomique publique au Sablier du temps :
Le Temps des champignons
 
Cela sera réjouissant et succulent autant pour les yeux que pour les papilles ou les neurones ! Toutes initiatives bienvenues !

 

 

Dessin de Nikita Mandryka (plume, encre de Chine, aquarelle) appartenant aux collections de Nuage Vert, 2018

UNE DONATION EXCEPTIONNELLE DE PHOTOGRAPHIES

 
Nuage Vert a la chance de recevoir des donations précieuses qui se complètent. Après celle de la famille d’André Louis, pionnier de l’agriculture biologique en France, le vendredi 29 octobre 2021 Pierre Collombert a offert un ensemble très précieux.
 
Pierre Collombert est photographe. Il a consacré toute sa vie professionnelle à observer avec empathie le monde rural pour la presse (notamment « Jeunes Agriculteurs » de 1968 à 1996) et en animant des ciné-clubs dans ces campagnes qui ont tant changé depuis les années 1960. Certes, Georges Rouquier a consacré 2 films (« Farrebique » en 1946 et « Biquefarre » en 1983) au sujet ou Raymond Depardon s’est penché ponctuellement sur des territoires qui parlent à sa vie personnelle. Pierre Collombert (né en 1934), lui, a passé des dizaines d’années à sillonner le monde rural alors souvent délaissé et bien avant qu’il ne connaisse le retour de mode actuel. C’est LE photographe des campagnes françaises et son livre de référence en 2004 (« Paysans, nos racines »), préfacé par Jean-Pierre Coffe, a été réédité en 2020.
 
Voilà pourquoi Nuage Vert est très fier d’avoir reçu un ensemble en tout de 91 photographies grand format noir et blanc et couleur tirées par l’artiste et encadrées par ses soins qui couvrent toutes les régions françaises et toute sa carrière. Nous le valoriserons bien sûr. Pour l’heure, voici la photo historique à 11h du matin le vendredi 29 octobre 2021 à Ecquevilly près de Poissy de Pierre Collombert et Alexandra Duchêne devant la voiture remplie de ces cadres (qui sont parfaitement arrivés à Argentat-sur-Dordogne et sont déjà rangés et classés).